zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <p>Moulin du Cat Sauvage<br />Kattenmolen</p>, Ellezelleshomevorige pagina Naar Verdwenen Molens Ellezelles, Henegouwen
Naam

Moulin du Cat Sauvage
Kattenmolen

Ligging

Crimont


7890 Ellezelles

Rue de Renaix
grens met Ronse
50° 43' 55.41" N  3° 38' 45.09" E


toon op kaart
Eigenaar Gemeente Ellezelles
Bouwjaar 1750-1751
Type Staakmolen met open voet
Functie Korenmolen
Kenmerken Kombuis op rechterzijweeg
Gevlucht/Rad Gelast, 24 meter
Inrichting Twee steenkoppels, builmolen
Toestand Maalvaardig
Bescherming M: monument, DSG: dorps- en stadsgezicht,
30.11.1960 (M)/ 04.10.1974 (site)
Molenaar Eddy Becq, Johnny Carbonnelle
Openingstijden Op afspraak: Ecomusée du Pays des Collines, tel. 068 64 51 55, e-mail: ecomuseedupaysdescollines@skynet.be
Internet bron

Moulin du Cat Sauvage
Kattenmolen


Foto: John Verpaalen, (c) Prentkaart Stichting Levende Molens, Roosendaal  

Beschrijving / geschiedenis

Deze staakmolen staat op een heuvel van 116 meter hoogte, op de grens Ellezelles-Ronse en ook op de grens van het Waals met het Vlaams Gewest.

De molen werd opgericht in 1750-'51 voor de gravin van Rohan-Soubise door Pierre François Van Lierde. Zijn afstammelingen werkten er lange tijd als molenaars.
Op de kadastrale atlaskaart van P.C. Popp (ca. 1860) staat deze molen getekend en "Moulin du Chat Sauvage" genoemd: Section E 235.
Op dinsdag 26 april 1910, rond 17 uur, gebeurde een blikseminslag, waarbij een zijweeg en twee wieken vernield werden. De molen behoorde dan toe aan N. van der Haeghen, terwijl De Man er molenaar was.
In 1936 liet molenaar Marcel Bekers één roede verdekkeren door Verhaeghe uit Ruddervoorde. Na de tweede wereldoorlog bleef de molen nog beroepsmatig in gebruik.

De Fédération du Tourisme de la Province de Hainaut verwierf de molen in 1952. Er volgden herstellingen in 1960 (waarbij de molen een nieuwe staak kreeg, afkomstig van de omgewaaide staakmolen van Rollegem-Kapelle in W.-Vl.), 1969-'70 en 1995. Momenteel is de molen in het bezit van de gemeente Ellezelles. Dank zij de inzet van vrijwillige molenaars draait de molen af en toe.

L. Denewet, R. Simons & A. Smeyers
--------------

Construit en 1750 pour la Comtesse de Rohan-Soubise, ce moulin à vent à pivot central connaîtra plusieurs modifications sans trop altérer sont état originel.
Le moulin du Cat Sauvage est un des monuments caractéristiques du pays des Collines. Dressé sur une crête de 116 mètres d'altitude il ne passe pas inaperçu.

Ce moulin à vent, à corps tournant a été construit entièrement en bois pour la Comtesse de Rohan-Soubise en 1750. La Comtesse possédait 99 moulins et le centième était une miniature en or qui ornait sa cheminée. Plusieurs familles de meuniers s'y succéderont. Citons les Van Lierde, Lizon, Bekers, Dutilleul... Menacé de disparition dans les années 1950, ce moulin sera sauvé par l'action du Syndicat d'Initiative d'Ellezelles et plus particulièrement du trio fondateur (le docteur Pierre Hermant , Louis Baucamp et Jacques Vandewattyne). Grâce à eux, le moulin sera acheté en 1958 par la Fédération de la Province du Hainaut.
En 1960, le moulin fut classé comme monument. le propriétaire actuel est la commune d’Ellezelles qui assure son entretien et la sauvegarde de notre patrimoine.

Le moulin est accessible tous les jours pour les groupes sur rendez-vous. Des journées portes ouvertes se déroulent durant les mois d'été pour les familles.


Foto: Stan Verelst, Edegem, 05.02.2011


Foto: Marnix Demoor, 06.09.2010


Verzameling Ons Molenheem


Verzameling Ons Molenheem


Prentkaart Nels. De molen had in de jaren 1940 een ingebouwde voet, een verdekkerde buiten- en een half verdekkerde binnenroede. Verzameling Ons Molenheem

Bijlagen

De Denderbode, 1 mei 1910, p. 16
Te Ronse dijnsdag namiddag rond vijf uren. De bliksem viel op den windmolen van M. De Man op den Ellezeelsesteenweg en sloeg één der zijkanten en twee wieken in splinters. De molen behoort aan M. N. van der Haeghen.

Une maquette fonctionnelle du moulin du Cat sauvage

Modéliste dans l'âme depuis sa plus tendre enfance, Eric Bauthier s'intéresse à la construction de bateaux et de sous-marins radiocommandés depuis une quinzaine d'années. Sa plus belle oeuvre est sans nul doute une reproduction navigante du célèbre Sirius de Tintin, un modèle de 1,30 mètre de long. Deux chaînes de télévision ont consacré des reportages à la collection de cet artisan et le musée de l'Armée de Bruxelles vient de lui acheter une réplique d'un sous-marin allemand. Celle-ci figurera d'ici peu dans les nouvelles installations du musée dédiées à la Deuxième Guerre mondiale.

Au printemps 2003, Eric Bauthier décide de changer de cap. Par sympathie pour sa belle-famille, la famille Wattiez-Cauchie de Wodecq, et par affection pour son épouse, notre modéliste envisage de mettre en chantier une construction qui souligne le Pays de Collines. Il jette son dévolu sur le moulin du Cat sauvage. A cet effet, il contacte monsieur Pieman, de l'Administration communale d'Ellezelles, qui gère l'édifice. Notre modéliste obtient ainsi les plans d'un moulin à vent similaire, dans la foulée, il photographie le moulin sous tous ses angles et il prend de nombreux relevés. Fort de posséder ces informations, le projet peut être mis en chantier. L'échelle est arrêtée au 1/15e ce qui détermine les 160 cm de haut qu'aura la reproduction au niveau de l'aile.

La construction est essentiellement en bois, d'abord à partir d'une base de contreplaqué et ensuite par la pose de lattes de sapin débitées sur mesure et teintes. La face avant est garnie de 850 bardeaux alors que le toit est constitué de 1.377 tuiles collées une à une. A l'occasion, Mélanie, sa fille de onze ans l'aide pour cette tâche quelque peu rébarbative.
Le moulin est doté de deux moteurs électriques. Le premier actionne l'aile à une vitesse réaliste tandis que le deuxième oriente automatiquement le moulin dans le sens du vent, c'est la girouette qui orchestre la rotation. Elle est montée sur un axe qui traverse le moulin. Sur celui-ci est placé un disque d'aluminium perforé à des endroits précis. Suivant sa position, ce disque interrompt les rayons de deux cellules à infrarouge. Ces dernières, via des relais, mettent en marche le deuxième moteur qui, à son tour, oriente le moulin dans la direction du vent. Lorsque ce dernier est aligné avec la girouette, il s'arrête. Il tournera à nouveau dès que la girouette pivotera. La construction fut menée à terme en dix mois et dernièrement, le Courrier de l'Escaut lui consacra un reportage.
Satisfait de son oeuvre, Eric Bauthier réalise actuellement la maquette du moulin du Tordoir situé à Wodecq. Aucun plan n'existe au sujet de ce bâtiment et notre modéliste dû se résoudre à en dresser un à partir des mesures et des photos qu'il a prises sur place. Plus petite, cette reproduction est à l'échelle du 1/50e. Elle sera construite à l'aide

Literatuur

J. Vandewattyne, "Le moulin du Cat Sauvage à Ellezelles", Les cahiers du Folklore de la région des Collines n° 3, Wodecq, 1971, n.p., ill. (Texte et gravures de Jacques Vandewattyne);
J. Vandewattyne, "Les moulins tournent encore...", Mons, 1980;
Fernand Chantry, "Moulins du Hainaut", Antoing, 1987;
Alain Henry, "Moulins à vent du Hainaut / Windmolens in Henegouwen", in: Molenecho's, XIII, 1985, 2, p. 54-90;
Jacques Vandewattyne, "Inventaire des moulins du Hainaut: Arrondissement d'Ath", Hainaut-Tourisme, n° 116, juin 1966, p. 106-108;
Jules Dewert, "Les moulins du Hainaut. Tome 2. Arrondissement d'Ath", Bruxelles, 1935 (Annales du Cercle archéologique d'Ath, t. 21, p. 1-145);
"Moulins en Hainaut", Bruxelles, Crédit Communal, 1987. G. Bavay, Inventaire, p. 87-89.

Persberichten
De Denderbode, 1 mei 1910, p. 16


Laatst bijgewerkt: vrijdag 7 juni 2013
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen

bovenzijde