Molenzorg
Ohain (Lasne), Waals-Brabant
<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>
Foto: Lieven Denewet, 28.05.2017
Naam

Moulin d'Argenteuil - II

Ligging rue du Coq 40
1380 Ohain (Lasne)

enkele meter v.d. grens met Waterloo
kadasterperceel C47g


toon op kaart
Geo positie 50.709515, 4.433257
Eigenaar Ass. Stordeur Stephanie et Jean-Pierre, Ohain
Gebouwd 1794 / 1871 / 1962
Type Staakmolen met open voet
Functie Korenmolen
Kenmerken Mansardekap
Gevlucht/Rad Gelaste roeden, fabr. Peel (Gistel)
Inrichting Twee steenkoppels
Toestand Roeden en molenas met de aswielen gedemonteerd
Bescherming ---,
Niet beschermd, zeer beschermingswaardig
Molenaar Geen
Openingstijden Niet toegankelijk
Ten Bruggencatenummer 06697 A

Beschrijving / geschiedenis

De Moulin d'Argenteuil is een standaardmolen die in 1794-1795 gebouwd werd in Marcq als een schorsmolen door Jean-Baptiste Van den Borre, meester-molenmaker te Edingen. Later werd er graan gemalen.

Landbouwer Prosper Derome uit Ohain kocht de molen aan en verplaatste hem in 1871 naar Ohain (zuidoostzijde van de Chaussée de Louvain, n° 554).

De molen maalde tot in 1931. Na de tweede wereldoorlog geraakte de molen erg in verval.

De weduwe van Henri Bogaerts verkocht de molen (als gebouw) in 1957 voor 75.000 frank aan baron (later graaf) Paul de Launoit  (persoonlijke vennootschap SA Mutuelle Mobilière Comil), die hem in 1962 liet herstellen en overbrengen naar zijn huidige standplaats (rue du Coq 40), meer bepaald naar de "ferme d'Argenteuil". De heropbouw werd uitgevoerd door molenmaker Charles Vandekerckhove uit Ingelmunster en de gebroeders Herman en Guido Peel uit Gistel.

Deze verplaatsing gebeurde kort nadat de vroegere Belgische koning Leopold III en zijn gemalin Liliane Baels hun intrek hadden genomen in het kasteel van Argenteuil. De molen staat dicht bij het domein (sinds 2004 in het bezit van zakenman Jean-Marie Delwart), vandaar de molennaam.

De molen werd op 16 augustus 1963 ingewijd. Op het kasteeldomein van Argenteuil werd dit gevierd met een groot jachtfestijn.

De molen bleef in het bezit van de Mutuelle Mobilière Comil tot aan de liquidatie op 29 april 1983 (notaris Colin). De molen behoorde sindsdien toe aan Jean-Pierre Stordeur-Dierckx, landbouwer te Ohain en thans aan de Association Stordeur Stephanie et Jean-Pierre, Ohain.

Tot voor kort zag de molen er nog behoorlijk uit, vanwege de nog gave beplanking van de molenkast. Al in 2008 waren vele roedewiggen verdwenen, zodat het doorschuiven van de binnenroede gevreesd werd.  De laatste jaren verdwenen ook de trapleuningen en het balkon.

In 2016 werd de roeden en de molenas met de aswielen uit veiligheidsoverwegingen gedemonteerd.

Opeenvolgende eigenaars:
- 1871, opbouw: Derome Prosper, landbouwer te Ohain
- 22.03.1872, gift door Nicolas Derome, landbouwer te Ohain van een perceel landbouwgrond aan zijn zoon Prosper Derome, landbouwer-molenaar (notaris Alphonse-Philippe Thiebeau, Céroux-Mousty)
- 22.11.1886, verkoop: a) Derome-Mathy Nicolas, landbouwer te Ohain en b) Derome-Cuvelier Eugène, bediende te Elsene/Ixelles (twee zonen van Prosper Derome)(notaris Stevenart)(ntoaris Charles Henri Victor Stevenart, La Hulpe).
- 05.10.1890, verkoop: Bogaerts-(Barbe) Van Eyck François, landbouwer te La Hulpe, 12.800 fr. (notaris Charles Henri Victor Stévenart, La Hulpe)
- 27.01.1920, verkoop: Bogaerts-Derome Henri (zoon van François), landbouwer en laatste molenaar, te Ohain (notaris Maike Léon Charles François Stévenart, La Hulpe)
- 1959 (enkel het gebouw): comte Paul de Launoit (75.000 francs)
- 31.01.1961, erfenis (van de grond): de weduwe (overlijden van Henri Bogaerts)
- tot 29.04.1983: Mutuelle Mobilière Comil s.a.
- 29.04.1983, liquidatie: Stordeur-Dierckx Jean-Pierre, landbouwer te Ohain (akte notarissen Robert Colin, Manage en André Nerincx, Brussel). 
- 2017, eigenaar: Ass. Stordeur Stephanie & Jean-Pierre

Zie ook onder: Ohain, Moulin d'Argenteuil - I

Lieven DENEWET & Herman HOLEMANS

<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>

Foto: Lieven Denewet, 28.05.2017

<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, 2008

<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>

Foto: Jan Vingtcent, Blanden, 13.05.2008

<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>

Foto: Jan Vingtcent, Blanden, 13.05.2008

<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>

Foto: Jan Vingtcent, Blanden, 13.05.2008

<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>

Foto: Jan Vingtcent, Blanden, 13.05.2008

<p>Moulin d'Argenteuil - II</p>

Bij de opbouw in 1962. Foto: I.J. de Kramer, Leidschendam (+), 1962.

Aanvullende informatie

P.B., "Dans le Brabant Wallon. Le moulin d'Argenteuil a été restauré", Le Soir, 19 juin 1963
Le Moulin d'Argenteuil (photo)
Ohain, juin.
Ohain s'enorguelit à juste titre, de posséder un moulin en parfait état, qui serait le plus ancien du Brabant wallon. Perché sur le plateau d'Argenteuil, le fier moulin a retrouvé une seconde jeunesse. Tel qu'il vient de sortir des mains des restaurateurs, nous dit-on, il peut craindre ni des orages, ni de temps.
Mais le moulin d'Ohain n'a pas seulement aubi une cure de jeunesse,. Avant de lui fournir une nouvelle carcasse de bois, il a fallu en transplanter les glorieux restes oubliés dans une cour de ferme, au lieu dit de l'"Eglise de Fer". En fait, le moulin ne fonctionnait plus depuis 1931, parce que le meunier avait jugé que l'exploitation était d'un rapport insuffisant. Et ce fut pour le vieux moulin une longue période d'agonie... jusqu'au jour assez rapproché où une heureuse initiative fut prise pour ramener ce fantôme de la vie.
Ce ne fut pas une tâche aisée. Les spécialistes de la construction des moulins de bois ne courent pas les rues, et ce n'est qu'après plusieurs mois de recherches qu'on en découvrit quatre dans les Flandres. Il fallut ensuite importer des bois de Suède et procéder ensuite au déménagement de l'antique machine.
La chronique locale rapporte qu'elle n'en était pas à son premier voyage. Le moulin fut construit à Vollezele, en 1767, et il fut transféré en Ohain en 1891. Ce déménagement ne nécessite pas moins de onze voyages, sur une distance de 54 kilomètres.
En 1962, la reconstruction du moulin fournit un travail durant un an, à une équipe de quatre hommes. Le résultat est à la mesure de l'effort consenti. Le moulin est dans un état impeccable, et de temps à autre, pour l'entretenir, on le fait tourner à vide.
Le moulin s'est intégré au paysage où on l'a fixé pour un nouveau terme. C'est un des attraits de ce village brabançon.

Françoise Bertels, "Le moulin d'Argenteuil", Lasne Nature, VIII, 1997, n° 29 (mars), p. 10.
Ne quittons pas Argenteuil, que nous avons évoqué dans notre dernier numéro au sujet de "l'église de fer", sans un regard à l'imposant moulin qui étend ses ailes au bout de la rue du Coq, à la limite d'Ohain et de Waterloo.
Ce vénérable monument, dernier moulin en bois du Brabant wallon a connu une vie mouvementée. Construit en 1767 à Enghien (ou Ninove selon les sources), il fut démantelé et reconstruit à proximité de l'église de fer en 1871, avant d'être une nouvelle fois démonté et réédifié à l'emplacement actuel. Cette récupération peut s'expliquer par le prix élevé de la construction d'un moulin. Les seigneurs qui en étaient propriétaires percevaient une taxe auprès des villageois désirant faire moudre leur grain.
La présence de moulins est attestée dès le XVe siècle. Nos régions aux nombreuses rivières, ont privilégié les moulins à eau, la force de l'eau étant plus facile à maîtriser que celle du vent. Pour profiter au maximum des courants atmosphériques, un moulin à vent devait se situer au milieu d'une vaste étendue découverte. Le Brabant wallon compte encore quelques moulins à vent en brique tel celui de Nil-St-Vincent, Saintes ou Opprebais. Ces moulins du type "tour" ont une toiture mobile tandis que notre moulin, entièrement en bois, de plan carré, a un corps tournant.
Il a été complètement restauré en 1962 et son mécanisme est en parfait état de marche. Seul le meunier manque à l'appel. On ne peut le visiter car il s'agit d'une propriété privée, mais rien ne vous empêche d'aller admirer la stature impressionnante de ce dernier témoin d'une vie passée qui, à tort ou à raison, nous inspire tant de nostalgie.

Joëlle Burny, "Balade champêtre à la (re)découverte des vieux moulins du Brabant wallon", Le Soir, 15.09.1989.
Au lendemain du premier conflit mondial, les moulins, qui avaient subi de graves dommages, furent abandonnés au profit des minoteries. Ils ne furent cependant pas oubliés pour autant puisque le développement de l'archéologie industrielle a mis en évidence la minologie, une discipline particulière qui étudie tous les aspects des moulins: de la technologie à la géographie en passant par l'histoire, le folklore...
Et il n'y a pas que la science qui se préoccupe des moulins. Beaucoup d'entre nous sont restés sensibles à ces fantômes des campagnes, silhouettes nostalgiques et solitaires, qui hantent nos régions. On les restaure, on les classe, on se souvient... C'est dans cet esprit qu'une balade est organisée ce dimanche 17 septembre dans le Brabant wallon, à l'initiative de la Fondation Marinus et du Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert.
Moulins à vent et à eau se disputent la vedette dans le Brabant wallon, mais les saviez-vous encore aussi nombreux? Il faut parfois un peu chercher pour les trouver, mais ils sont tous visibles, tantôt restaurés, tantôt abandonnés aux herbes folles...
Dans la catégorie des moulins à vent, on découvre d'emblée un spécimen assez remarquable à Nil-Saint-Vincent-Saint-Martin: le moulin du Tiège. Il s'agit d'un moulin de briques de forme conique coiffé d'une toiture mobile originale rappelant le casque sarrasin. Nivelles n'est pas en reste avec son moulin de Saint-Pierre, autrefois dénommé moulin Demulder. Il a cessé de fonctionner en 1862 et a été transformé en habitation. A proximité de Nivelles, dans le petit village de Lillois-Witterzée, on trouve encore un moulin dépouillé de ses ailes. Il date de 1847 et il fut désaffecté aux alentours de 1900. Le moulin Derbaix, de Rebecq-Rognon, a été utilisé comme poste d'observation par les Allemands durant la Première Guerre mondiale avant de tourner clandestinement jusqu'en 1917, année au cours de laquelle ses ailes furent arrachées un soir d'orage...
Moulin de Waterloo
... à Ohain
Le moulin d'Argenteuil se trouve sur le territoire d'Ohain (Lasne) alors que la ferme y attenante est située sur les terres waterlootoises. Waterloo a déjà fait sienne la butte du Lion plantée sur le sol de Braine-l'Alleud. Voilà qu'elle s'approprie aujourd'hui la renommée de ce vieux moulin de bois qui serait le dernier du genre! Waterloo possède cependant son propre moulin, celui du Mont-Saint-Jean. La date de sa construction n'est pas connue mais on situe son activité aux environs de 1855.
Le moulin Gustot, d'Opprebais, n'a joué aucun rôle durant le combat de Sart-Risbart le 17 août 1914. Il s'est peu à peu dégradé, tout comme son voisin de Roux-Miroir aujourd'hui envahi par les herbes folles. Dans le coin, on trouve encore, à Beauvechain, le moulin Houcourt transformé par la famille de Streel en un splendide musée des Métiers et des Outils anciens.
Dans cette multitude de moulins à vent, la balade du 17 septembre a tout misé sur le moulin d'Hondzocht à Saintes (Tubize). C'est un moulin en briques, appelé parfois moulin de Labaque ou de Lebacq. Construit aux environs de 1500, il fut couronné d'une élégante coupole et bâti sur un puissant tertre en maçonnerie. En 1950, quand le vent cessa d'actionner les ailes, il était déjà classé comme monument depuis six ans.
La balade se poursuivra en bordure de rivières à la découverte des moulins à eau. Les moulins d'Arenberg à Rebecq forment un ensemble remarquable sur la Senne. Le grand moulin fut reconstruit au XVIe siècle. Fabrique de soie en 1900, il fut utilisé pour le concassage des aliments pour le bétail jusque dans les années 60. Il est aujourd'hui dépourvu de la quasi-totalité de sa machinerie et il abrite un musée du Porphyre, dont l'industrie était jadis florissante dans la région. Le petit moulin situé sur la rive droite de la rivière a toujours servi à la mouture des céréales. Il est actuellement en cours de restauration.
Un guide
Etape suivante de la promenade: le moulin banal de Braine-le-Château. Cité dès 1226 comme partie intégrante de la seigneurie de Braine-le-Château, il était banal pour cette localité et pour Haut-Ittre. Le moulin est devenu un lieu d'accueil de manifestations culturelles. Jusqu'au 30 septembre, la Taille d'Aulme y présente une exposition «Le Vauban belge» à l'occasion de son vingt-cinquième anniversaire.
Il est bien sûr impossible de tout voir en un jour, mais sachez que l'on trouve encore des moulins à eau à Baulers, Bierges, Biez, Céroux-Mousty, Chaumont-Gistoux, Cortil-Noirmont, Hamme-Mille, Haut-Ittre, Ittre, Hévillers, Jodoigne, Jodoigne-Souveraine, La Hulpe, Lasne-Chapelle-Saint-Lambert, Limal, Loupoigne, Nil-Saint-Vincent, Ohain, Orp-le-Grand, Saint-Remy-Geest, Tubize, Villers-la-Ville, Ways...
Pour plus de renseignements sur ces moulins, dont la plupart sont l'occasion d'exquises promenades en bordure de cours d'eau, nous vous conseillons la lecture d'une brochure fort bien faite, intitulée Les Moulins du Brabant.
Réalisé par le Service de recherches historiques et folkloriques de la province du Brabant, ce livret, qui ne coûte que 20 F, peut être obtenu auprès de ce service, rue du Marché-aux-Herbes, 61 à 1000 Bruxelles (Tél.: 02-513.07.50).
L'excursion du 17 septembre (visite des moulins et des carrières de Quenast, déjeuner à Ittre) revient à 1.050 F pour les membres de la Fondation Marinus et à 1.200 F pour les autres. Renseignements: 02-761.27.57 de 9 à 17 heures.

Anne-Marie de Villers, Mille ans d'Ohain, 1964, p. 8.
Les moulins à vent d'Ohain
Un moulin à vent en bois avait été construit vers 1850, au lieu-dit la Justice Broquet à Hannonsart. Un nommé Broquet, voleur de grand chemin aurait été pendu à cet endroit deux siècles auparavant. D’après la carte levée par Van Werden en 1659, il semble qu’il s’agisse d’un lieu appelé « ‘t procès van de Hulpe » sur la chaussée de Louvain, à l’angle d’un chemin allant vers Gaillemarde. Une potence semble y être dessinée. A moins que ce lieu d’exécution ne soit, comme d’autres l’indiquent, au nord de la ferme des Loups, au-dessus donc de l’actuelle rue de la Prison (23). Quoi qu’il en soit, ce moulin a été démoli tandis qu’un autre était élevé vers 1870 près de l’église de fer à Argenteuil. Ce moulin voyageur, construit en 1771 à Ninove, a été déplacé une troisième fois quelques années avant son troisième centenaire ; il orne maintenant la ferme modèle du comte de Launoit et les visiteurs de cette ferme, la première de Belgique où fut pratiquée la «stabulation libre», peuvent admirer son air pimpant.
(23) Des prisonniers français auraient été incarcérés après la bataille de Waterloo dans la «prison» de cette rue du même nom.

"Histoire. Cercle d'Histoire & Généalogie de Lasne. 2. Le moulin d'Argenteuil", La Vie à Lasne, n° 130, déc. 2013, p. 70.
Ce moulin-à-vent en bois situé au fond de la rue du Coq dans la propriété Stordeur à Ransbêche, a fait l'objet d'un livre remarquable écrit par Simone  Velle, la fille du régisseur du comte de Launoit, Raymond Velle. Il est disponible à Waterloo et dans les librairies de la commune: Ransbêche, Plancenoit, Lasne et la Mazerine au prix de 42 €.
Le moulin fut érigé en 1767 à Vollezeles, bailliage d'Enghien. Le meunier Bogaerts d'Ohain l'acheta en 1891 au prix de 12.800 francs.
Démonté, il fut transporté pour être réédifié au chemin de Louvain (près de l'église de fer). Restauré, il fonctionna de 1892 à 1931.
Après son arrêt et devant l'état de désolation du moulin, en 1959, le comte de Launoit le racheta aux héritiers Bogaerts pour la somme de 75.000 francs. Après de nombreuses tractations le remontage du moulin fut exécuté en 1962.
Remonté sur le plateau à l'assiette des bâtiments de la ferme d'Argenteuil, sa restauration fut terminée le 16 août 1963 et une grande chasse fut organisée pour fêter l'événement dans le domaine d'Argenteuil qui s'étendait sur près de 100 hectares en bordure de la forêt de Soignes.
Lors de la succession du comte Paul de Launoit la ferme et le moulin furent repris par les époux Stordeur-Dierickx (Jean-Pierre et Michèle). Le livre de Simone Velle retrace de façon détaillée et merveilleusement illustrée l'histoire du moulin d'Argenteuil.
Ce patrimoine lasnois mériterait sa restauration!

Benoît Mihail (Historische dienst), "Lettres de son moulin" / "Vechten tegen de windmolen", Inforevue (Het magazine van de geïntegreerde politie), 2013, n° 4, p. 7.
Historia. In Historia neemt het Museum van de geïntegreerde politie u mee op reis naar het verleden. Een lang vervlogen evenement, een spraakmakend persone, een uitrusitngsstuk van een vormalig korps...
BRUSSEL - Het wordt vaak als een opmerkelijk gebeuren beschouwd om één of meerdere grootouders bij de politie of rijkswacht te hebben - als ware het een eer. In die families blijft de nagedachte zo bestaan. Voor Simone Velle, dochter en kleindochter van een rijkswachter, is dat niet anders.
In eerste instantie heeft ze ervoor gezorgd dat haar meest frappante herinneringen in het museum werden ondergebracht, namelijk een prchtig potret van haar vader, geschilderd door Maxime van de Woestijne, zoon van de schrijver Karel. Niets is zo kostbaar voor een museum als een schenking van een persoonlijk voorwerp, die de persoon in zijn tijd doet herleven. Vandaag zet mevrouw Velle dit eerbetoon verder door zelf een boek uit te geven waarin ze de laatste grote passie van haar vader uit de doeken doet: de redding van de molen van Argenteuil.
Raymond Velle, geboren in Overijse in 1902 en overleden in Brussel in 1968, in de brigade van Jezus-Eik, voorbestemd voor de carrière van rijkswachter, draagt in de jaren '30 bij tot de ontplooiing van de toekomstige bijzondere opsporingsbrigade (BOB) in de lokalen in de Leuvensestraat te Brussel. Het is in deze periode dat de adjudant werkt als lijfwacht van koning Leopold III en koningin Astrid - hier gefotografeerd in augustus 1935 op de landingsbaan van de luchthaven te Evere, onlangs met de grond gelijkgemaakt voor de nieuwe hoofdzetel van de NATO.
Tijdens de 2de Wereldoorlog brengen zijn activiteiten bij het verzet hem in contact met graaf Paul de Launoit. Hij verlaat in 1945 de rijkswacht wanneer deze graaf hem het voorstel doet om voor hem te komen werken als landopziener op de domeinen van Argenteuil en Saint-Hubert. Op de eerste plaats, vandaag gelegen in de gemeente Lasne-Ohain, stond reeds de Muziekkapel Koningin Elisabeth. Raymond Velle voegt er nog een modelboerderij aan toe, geïnspireerd door een reis naar de VS, en vervolgens de vermaarde molen.
Hij werd gebouwd te Vollezele in 1767 om in de 19de eeuw verplaatst te worden naar Ter Hulpen, waar de landopziener hem ontdekt en zijn werkgever overtuigt om de verplaatsing en de restauratie ervan te financieren. Vandaar de titel die het boek van Simone Velle kreeg: Itinéraire d'un Moulin-voyageur.

"Le Moulin d’Argenteuil, rue du Coq à Ohain (Lasne)", facebook.com/pg/Photos-Reportages (04.12.2016)
Le Moulin d’Argenteuil, rue du Coq à Ohain (Lasne) 04/12/2016
9 foto's · Updated 5 maanden geleden
Informations : http\://www.molenechos.org/molen.php?AdvSearch=727 Photos : http\://www.belgiumview.com/belgiumview/tl2/view0000545.php4
Selon un riverain il faudrait 180.000 € pour le réparer !!!
Message de Roland Zanasi, 05.12.2016
Bonjour, Une première réponse me parvenant de la commune. Pour faire bref, nous sommes en contact direct avec le propriétaire. Le coût de la rénovation est bien plus élevé que 180.000€. Toutes les pistes sont envisagées avec le propriétaire. Une piste privée est à privilégier vu les coûts annoncés d’une rénovation.
Ma réflexion. Pourquoi ne pas imaginer une aide des habitants .... Je crois qu'on trouverait des sponsors pour préserver ce bien sur un autre terrain. J'imagine que ça ce serait plus cher mais plus durable. Mais d'autres pistes doivent bien sûr pouvoir être envisagées plutôt que de laisser pourrir ce témoin du passé.
Vos commentaires sont les bienvenus !
Réaction d'Amaury De Houck (22 mars 2017). Je voudrais savoir si une association pourrait être créée autour des motivés qui veulent sauver le moulin. Il est plus que temps, les premières mesures de sauvegarde doivent avoir lieu cet été, car il est désormais sans toit et l'intérieur est à la pluie. Pour le valoriser, il est nécessaire de le déménager. Mais c'est impossible sans aide. Il faut aussi trouver une destination. Braine Le Chateau aujourd'hui remet en fonction le four à pain de Wauthier Braine, Braine l'Alleud vient de construire une réplique miniature du moulin de Piraumont, n'y aurait-il pas de l'intérêt de ce côté. Là où il est, il n'est pas valorisable car il est au fond d'un cul de sac, invisible de tous. Je propose un appel Facebook bien travaillé, avec photos nombreuses et que certains cherchent à contacter les communes avoisinantes. Je peux contacter Braine le Chateau. Je crois qu'il faut visibiliser la problématique. Un article dans la Vie à Lasne, l'a S'crienn, le courrier du hain et l'équivalent à Waterloo... Qu'en dites-vous?

---------

Simone Velle, "Le Moulin d'Argenteuil... ou l'Itinéraire d'un Moulin-voyageur", 2013 (p. 1-3)
Préface par le Comte Jean-Jacques de Launoit.
Simone VELLE
- Licenciée en Histoire de l'Art et Archéologie Art contemporain & Byzantinologie, ULB
- Maîtrise en Gestion et Management. Institut des Hautes Etudes de Belgique
Ecole d'Ergologie, ULB
- Maîtrise en Tissage & Tapisserie, Académie Constantin Meunier d'Etterbeek, Classe de Liliane Radin, à Etterbeek
- Retired "Commercial Advisor", Commercial Section, American Embassy, Brussels, Belgium.
Le moulin d'Argentuil. Epreuve d'artiste n° 3 B. NINOVE 25 septembre 2012

DEDICACES (p. 5)

En hommage respectueux au Comte Paul de Launoit
Grammont 1891 - Bruxelles 1981
En hommage filial et à la très chère mémoire de mon père Raymond Velle
Overijse 1902 - Bruxelles 1968
A la douce mémoire de ma très chère maman Léonia Bogaerts
Hoeilaart 1900 - Bruxelles 1993
A ma fille Danielle Baes et à mon gendre Bertrand Ninove
avec toute mon affection et
à mes petit-enfants
Géraldine, Jérémie, Caroline et Matthieu Ninove
avec toute ma tendresse

(Photo, p. 6) La Reine Fabiola entourée du Comte Jean-Jacques de Launoit et de Monsieur André De Groeve, gouverneur de la Province du Brabant, à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, en 1992.

PREFACE (p. 7-8)
Par le Comte Jean-Jacques de LAUNOIT

J'ai d'emblée accepté l'invitation de Madame Simone Velle de rédiger la Préface de son ouvrage "Le Moulin d'Argenteuil... ou l'Itinéraire d'un Moulin-voyageur", dédié à nos pères respectif, le Comte Paul de Launoit, et son père, Monsieur Raymond Velle, sans lesquels ce moulin brabançon, érigé en 1767 à Vollezele (actuel Brabant flamand) et, qui - après de multiples pérégrinations, était arrivé vers 1890 à La Hulpe en Brabant wallon - n'aurait survécu à l'outrage du temps.

Le dernier agriculteur-meunier du dit moulin, Henri Bogaerts, ayant cessé toute activité meunière vers 1931, laissa dès lors le moulin à l'abandon.

Durant les anneées soixante, Monsieur Raymond Velle, apparenté au meunier Henri Bogaerts par son épouse Léonia Bogaerts, parvint à convaincre mon père de racheter les ruines du moulin en vue de restaurer l'épave... Après de multiples transactions avec le meunier, Monsieur Velle obtint le rachat du moulin en ruine et mon père donna l'autorisation de "transplanter" et de restaurer le moulin dans le Domaine d'Argenteul d'où son nom de Moulin d'Argenteuil.

La rencontre de mon père et de Monsieur Raymond Velle date de la tragique période de l'occupation allemande de 1940-1945, période où s'organise la résistance à l'occupant nazi. Cette resistance était organisée, entre autres, par le patriote Alexandre Galopin, Gouverneur de la Société Générale de Belgique, qui reçit le plein aval de mon père d'établir ses quartiers généraux dans le Domaine d'Argenteuil et plus précisément dans l'enceinte de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

Une mention relatant cet épisode est faite dans la plaquette "Chapelle Musicale Reine Elisabeth" par Michel Stockhem, Edtions Duculot, sous l'intitulé "Le Difficile Réveil" (1945-1956).

Peu avant 1940, mon père, grend industriel du Bassin liégeois, occupait également de hautes fonctions dans le domaine bancaire. Il fut, en effet, Président de la BRUFINA holding du deuxième groupe financier belge, la Banque de Bruxelles, de 1839 à 1972.

A la même époque, Monsieur Raymond Velle dirigeat, au sain de la Gendarmerie, l'importante Brigade des Recherches de Bruxelles qui servit de base à la création de la BSR (Brigade Spéciale de Recherches).
Nos deux pères, durant les longues années d'occupation qu'ils passèrent ensemble à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, dans le Domaine d'Argenteuil, à Ohain, apprirent à se connaître et à s'apprécier, et c'est ainsi qu'à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale, en 1945, Monsieur Raymond Velle accepta de remplir les fonction de Régisseur des biens de mon père. Ces biens comportaient entre autre, le Domaine d'Argenteuil, à Lasne-Ohain; le vaste Domaine de Saint-Hubert, en Ardenne, comprenant des chasses et surtout la "Converserie" et la Chapelle de Saint-Hubert, en Ardenne.

Ces deux personnalités, hors du commun, mirent d'emblée leurs expertises personelles en symbiose en vue d'élaborer et de réliser des projets variés et inatendus.
Cest ainsi qu'au retour d'un voyage, en 1949, de trois mois aux Etats-Unis, où Monsieur Raymond Velle avait accompagné sa fille et sa petite-fille dans le Mid-West, plus exactement à Rochester dans le Minnesota, oµ sa petite-fille Danielle davait subir une délicaqte chirurgie cardiaque, à la Mayo Clinic de Rochester, qui naquit le projet innovateur d'établir sur les vastes terres agircoles du Domaine d'Argenteuil, une "Ferme à stabulation libre" basée sur le "modèle américain" que Monseiur Velle avait étudié en profondeur lors de son séjour aux Etats-Unis.

La "Ferme-modèle d'Agenteuil", une innovation à l'époque, fut exploité suivant les strictes normes américaines, tant pour la stabulation libre que pour la traite électique du bétail, par un fermier-gérant, Monsieur Robert Van Achter et servit, entre autres, de "modèle" aux étudiants de l'Institut Agronomique de Gemblours.

Monsieur Raymond Velle, quant à lui, issu du côté paternel de familles de "fermiers-brasseurs", était dans son élément... il avait trouvé son étiquette de "gentlemen-farmer" par procuration!!!
Très rapidement, mon père m'incita à suivre l'évolution et le fonctionnemnt de la "Ferme d'Argenteuil" et, à ce propos, j'ai quelques anecdotes qui resurgissent.

Ainsi, chaque vendredi, à la suggestion de mon père, j'étalissais avec Monsieur Velle le rapport d'exploitaiton hebdomaidaire que ce dernier transmettait à mon père, pour approbation, chaque samedi matin au 17-19 Avenue F.D. Roosevelt, à Bruxelles. Je me souviens des contacts chaleureux que j 'eu avec Monsieru Velle lors de l'éboaraion de ces rapports d'exploitation.

Et puis, en fin 1962, après une année de restauration du moulin délabré de la famille Bogaerts, moulin sis près de l'Eglise de Fer, à La Hulpe, on en arrive à la concrétisation d'un nouveau projet et à l'implantation du "Moulin d'Argenteuil" à Ohain, dans le Domaine d'Argenteuil, en Brabant wallon.
L'inauguration officielle du "Moulin d'Argenteuil" se fit en 1963, en présence des plus hautes autorités du pays et de S.M. le Roi Léopold III, voisin et ami de mon père, qui honora de sa présence la "remise en route" du "Moulin d'Argenteuil" rénové, moulin qui joua ce jour son rôle ancestral de "moudre le grain". Ce jour-là, pour ponctuer l'événement, fut organisée une chasse au gibier sur les terres du "Domaine d'Argenteuil", prolongation, en quelque sorte, des grandes chasses à Saint-Hubert, en Ardenne.

J'en terminerai ici l'énumération non-exhaustive des innombrables souvenirs qui entourent le "Moulin d'Argenteuil" qui put renaître, tel un Phénix, grâce à la collaboration de mon père, le Comte Paul de Launoit, et de son Régisseur de Biens, Monsieur Raymond Velle, tout en laissant le soin à Madame Simone Velle de dévoiler les diverses péripéties de la saga du "Moulin d'Argenteuil" et de son itinéraire.

Et mon ultime sohait, ainsi que celuid e Madame Simone Velle, serait qu'à la lecture de l'histoire du "Moulin d'Argenteuil", par un enthousaisme collectif, on puisse créer une assocation locale des "Amis du Moulin d'Argenteuil" qui veillerait au souvenir et à la pérennité de ce vénérable moulin brabançon construit en 1767 à Vollezele, et sauvée de la desparition totale par nos pères respectifs.

AVANT-PROPOS (p. 9-16)
Par Simone VELLE,
Licenciée en Histoire de l'Art et Archéologie / Art contemporain & Byzantinologie, ULBN.
L'histoire du Moulin d'Argenteuil est, sans nul doute, associé à l'historie de deux hommes d'excepiton.

Ce fut le destin qui fit se croiser les chemins de vie de deux êtres venues d'hoirzons diamétralement opposées, dux fortes personnalités, le Comte Paul de Launoit et Raymond Velle, mon père.

Sns la rencontre fortuite de ces deux êtres remaquables, le Comte Paul de Launoit et Raymond Velle, - durant la sombre période de l'occupation allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale de 1940-45 - à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, à Lasne-Ohain, où la Résistance belge avait installé ses quartiers généraux, le vieux moulin brabançon érigé sous l'Ancien Régime, en 1767, à Vollezele et racheté par un fermier-meunier, François Bogaerts, de La Hulpe dans les années 1890, n'aurait été sauvée de la ruine en 1960, pour devenir, après restauration, le mythique Moulin d'Argenteuil.

Avant 1940, le Comte Paul de Launit, grand industriel du bassin métallurgique liegéois, - il fut aussi Commissaire général de l'Exposition internationale de l'Eau, à Liège en 1939 -, était à la tête de charbonnages et d'importants groupes métallurgiques, dont Cockerill-Ougrée. Financier éminent, le Comte de L aunoit occupa, de 1937 à 1972, dans le domaine bancaire, les postes les plus élevés et fut Président de la prestigieuse BRUFINA, holding du deuxième groupe financier belge de l'époque, la Banque de Bruxelles.

Forte et généreuse personalité, le Comte de Launoit, en tant que mécène, n'eut cesse d'accorder son patronage et aidce financière dans les domaines les plus divers de l'art, la littérature, la sauvegarde du pattrimonne belge, et surtout mena à bien la concrétisation et le financemnet du projet de la Reine Elisabeth de Belgique en vue de créer une instituion d'enseigenemnt musical destiné à préparer et à former de jeunes musiciens au plus haut niveau ou encore à favoriser la création de groupes ou ensembles musicaux.

"La Chapelle Musicale Reine Elisabeth", - issue d'une idée germée dans les années 1930 entre la Reine Elisabeth et le virtuose du violon Eugne Isaÿe -, et qui devait en un premier temps s'intituler "Fondation musicale Reine Elisabeth", fut en fait réalisée et construite, en 1939, par le Baron Paul de Launoit, (élevé au titre de Comte par le Roi Baudouin, en 1955) qui avait concédé à la Reine Elisabeth, par bail emphytéotique, le 23 décembre 1938, un terrain de près de trois hectares, enclavé dans sa propriété, le Domaine d'Argenteuil, à Lasne-Ohain en vue d'y ériger la "Chapelle Musicale Reine Elisabeth". L'architecte désigné par le Baron de Launoit pour établir les plans de la future Chapelle sera, après une étude approfondie, le jeune architecte Yvan Renchon.

La fameuse Chapelle musicale fut donc établie dans le Domaine d'Argenteuil, non loin d'un imposant château bâti par l'architecte Cluysenaar pour le Comte Ferdinand de Meeûs d'Argenteuil, et voisinera également avec une petite église, l' "Eglise de Fer" de la Hulpe (aujourd'hui disparue) et un vieux moulin brabançon datant de 1767, venu de Vollezele et transporté à la Hulpe à la fin du 19e siècle. Ce moulin deviendra le mythique Moulin d'Argenteuil.

Le project initial de "Fondation musicale Reine Elisabeth" sera finalement concrétisé danns la rélistion de la prestigieuse "Chapelle Musicale Reine Elisabeth" et financé, seul, par le mécène et financier liégeois, le Baron Paul de Launoit, qui, plus tard, succédera à Henri Le Boeuf, ent ant que pormoteur des arts en Belgique, à la mort de ce dernier.

Le Baron Paul de Launoit se consacre donc, dès 1938, à l'établissement, sur un terrain de trois hectares, enclavé dans le Domaine d'Argenteuil, de ce qui deviendra la célèbre "Chapelle Musicale Reine Elisabeth", officiellement inaugurée le 12 juillet 1939.

Il est bien de rappeler que l'Eglise de Fer d'Argenteuil, à La Hulpe, fut commancée par le Comte Ferdinand de Meeûs d'Argenteuil à l'architecte nivellois Raymond Carlier et que, rouillée et réduite en ruine en 1939, elle fut complètement détruite par les Allemands en 1941, durant l'occupation allemande. Il en allait de même pour le vieux moulin brabançon, sis non lion de l'Eglise de Fer d'Argenteuil, et réduit, lui aussi, à l'état de ruine vers le milieu du 20e siècle. Ce dernier sera sauvé dans les années soixante grâce à l'intervention du mécène, le Comte Paul de Launoit, et de son fidèle régisseur du Domaine d'Argenteuil, Monsieur Raymond Velle.

Grand mécène et humaniste, le Comte Paul de Launoit, en 1954, à l'occasion du vingtième aniversaire de la mort du roi Albert Ier, fit don à la Biblithèque Royale Albert Ier, à Bruxelles, de sa collection particulière des oeuvres de Voltaire. Cette bilbiothèque voltairienne, qui constituera le "Fonds de Launoit", comportait, entre autres, diverses édtions et ouvrages originaux, des manuscrits, une série de documents autographes de Voltaire, ainse que des estampes et des dessins. Cette généreuse donation réunie dans le Cabinet Voltaire fait partie de la Réserve Précieuse de la Bibliothèque Royale Albert Ier. La donation du Comte de Launoit, constituant le "Fonds de Launoit" peut rivaliser avec les autres capitales voltairiennes, telles que Paris, Genève, Oxford et surtout celle de Saint-Petersbourg, où, à l'Ermitage, figure la Bibliothèque de Voltaire acquise par Catherine II de Russie, en juin 1778.

En 1978, à l'occasion du bicentenaire de la mort  de Voltaire, le 20 mars 178, la Bibliothèque Royale Albert Ier, à Bruxelles, organisa une exposition où le "Fonds de Launoit" était largement représenté". De plus, un colloque mis sur pied par les deux universités bruxelloises, - l'ULB et la VUB - lors de cette exposition, aboutit à la publication par la Bibliothèque Royale d'un catalogue intitulé "Voltaire". Cette commémoration répondait, en quelque sorte, aux voeux exprimés par le Comte de Launoit, donateur de ce précieux Fonds, qu'une équipe d'intellectuels fasse du Cabinet Voltaire un Centre d'études.

Dans le domaine littéraire, le Comte de Launoit créa également une revue "Les Cahiers Le'opoldiens", revue qui doit son titre au patronyme de trois souverains belges et qui avait pour but d'aborder par le texte et l'image "Deux Mille Ans d'Histoire des Belges".

Les "Cahiers Léopoldiens", revue mensuelle d'études historiques et dynastiques, était publiée et placée sous le haut patronage du Comte de Launoit et de l'Association royale le Musée de la Dynastie", sous la présidence d'honneur de S.M. le Roi. Les "Cahiers Léopoldiens", en tant que revue officielle, étaient diffusés parmi ses membres.

Je m'en tiendrai ici à brève énumération, non exhaustive, du mécénat prodiqué dans divers domaines par le Comte de Launoit, sans oublier de mentionner son engagement durant l'occupation nazie, et ce, en participant de manière active à la Résistance belge de 1940 à 1944.

Ce fut précisément durant cette période que le destin réunit le Baron Paul de Launoit, (élevé au titre de Comte en 1955) et mon père, Monseiur Ryamond Velle.

Raymond Velle, quant à lui, eut un parcours de vie varié en mouvementé. Né en 1902, il quitta le collège en 1918, à l'âge de 16 ans, pour s'engager en tant que volontaire comme soldat-combattant quelques mois avant la fin de la Première Guerre mondiale de 1914-18. Fait prisonnier par les Allemands et envoyé en Allemagne, il fut récupéré par son père revenu du Front, qui l'inscrivit à l'Ecole Royale des Cadets. Après son service militaire au Régiment des Guides, Raymond Velle s'inzscrivit à l'Ecole Royale de la Gendarmerie, à Bruxelles.

Ce parcours préxis lui permit de créer, avant 1940, au sein de la Gendarmerie nationale, un nouveau service, la Brigade Spéciale de Rech"erches, la BSR (voir les articles, parus dans la "Revue de la Gendarmerie" - "Revue van de Rijkswacht" - , de juillet 1964) et d'être prêt, durant la période de 1940-1945, pour s'intégrer dans un réseau de résistance, plus particulièremejnt celui établi au sein du Domaine d'Argenteuil, et plus particulièrement celui établi au sein du Domaine d'Argenteuil, et plus précisément à la "Chapelle Musicale Reine Elisabeth". Par  ailleurs, dès 1935, mon père, Raymond Velle, avait été désigné en tant que garde rapprochée du Roi Léopold III et de sa famille, comme en témoigne une photo prise à l'aéroport de Melsbroeck, durant l'été 1935, peu de temps avant le décès tragique de la Reine Astrid, à Küssnacht, en Suisse, en août 1935.

Dans la plaquette "La Chapelle Musicale Reine Elisabeth", par Michel Stockhem, Edtions Duculot, 1993, l'auteur relate dans son ouvrage l'occupation, en 1940-1944, de la Chapelle Musciale Reine Elisabeth par la Résistance belge sous les rubriques "La Chapelle Musicale dans la tourmente" et "Le difficile Réveil (1945-1956)".

La rencorntre, à la Chapelle musicale, durant l'occupation allemande, entre le Baron Paul de Launoit et mon père, Raymond Velle, décidera de l'avenir de ce dernier. Il deviendra, dès 1945, Régisseur des Biens du Baron Paul de Launoit.

Les biens du Baron Paul de Launoit comportaient, dans les années 1950, le Domaine d'Argenteuil, à Lasne-Ohain, regroupant à l'époque, la "Chapelle Musicale Reine Elisabeth", des châteaux, le Couvent des Carmélites, des terres agricoles et une chasse en bordure de la Fôrét de Soignes. En Ardenne, le Domaine de Saint-Hubert comportait des bois, des chasses et surtout la célèbre "Converserie", voisine de la Chapelle Saint-Hubert. La "Converserie" et la "Chapelle Saint-Hubert" feront d'ailleurs l'objet, dans les anées 1950, d'une restauration en profondeur.

Mais, ce fut dans le Domaine d'Argenteuil, à Lasne-Ohain, que mon père put mener à bien divers projets d'envergure dont la création, fin des années cinquante, d'une "Ferme-modèle à stabulation libre", - la première en Belgique - d'après le modèle américain découvert par mon père lors de son séjour de trois mois, fin des anées 1950, dans le Mixed-West américain, à Rochester dans le Minnesota.

Toutefois, un autre projet, qui était en somme un coup de coeur de mon père, fut - après avoir rallié le Comte, Paul de Launoit à sa cause -; de réliser le sauvetage et la restauration d'un vieux moulin brabançon, érigé en 1767, à Vollezelles (Vollezele, dans l'actuel Brabant flamand) et qui, à la suite du décès du meunier Geerons-Leysens, à Vollezele, fut mis en vente et racheté, en 1890, par François Bogaerts, fermier-meunier à La Hulpe, en Brabant wallon. Le moulin, démonté, fut transporté de Vollezele à Ohain sur un trajet distant de 64 km. - par traction chevaline - pour être reconstruit en 1891 près de l'Eglise de Fer, à La Hulpe et y exercer sa tâche de moudre le blé. Hélas, l'apparition au début du XXe siècle, des moulins mécaniques à moudre le grain,  actionés à l'électricité, sona le glas des moulins-à-vent séulaires.

Le dernier propriétaire du moulin à La Hulpe, le fermier-meunier Henri Bogaerts-Derome, dans ce contexte économique, dut se résoudre en 1931 à cesser tout activité de mouture et le moulin, laissé à l'abandon, se dégrada au point de devenir une ruine. Engin, dans les années 1960, après son acquisition par le Comte Paul de Launoit, le long périple du moulin s'arêta dans le magnifique Domaine d'Argenteuil.

Mon père qui connaissait les liens de parenté qui unissaient les Bogaqerts, de La Hulpe, et les Bogaerts, d'Hoeilaart dont est issue ma maman, née Léonia Bogaerts, parvint à convaince le dernier fermier-meunier, Henir Bogaerts, sans héritiers, de céder son mooulin en ruine. Après de longs pourparlers, le dernier propriétaire du moulin finit par accepter de vendre au Comte Paul de Launoit, en mars 1959, le moulin... à l'été d'épave. La voie était ouverte pour le transfert du moulin en ruine vers le Domaine d'Argenteuil, à Lasne-Ohain, où, le moulin, restauré, portera le nom mythique de Moulin d'Argenteuil.

Je tiens à mentionner ici, que durant la période 1940-44, mon père, en tant que "résistant hébergé" à "la Chapelle Musicale Reine Elisabeth", eut l'occasion de rencontrer le peintre Maxime van de Woestyne qui assumait les fonctions officielles de Secrétaire général de la "Chapelle Musciale Reine Elisabeth" tout en étant actif en tant que membre de la Résistance.

Ce fut durant cette période que le peintre Maxime van de Woestyne, à la demande expresse de mon père, rélisa deux tableaux. Le premier tableau étant le portrait de mon père, en uniforme, dont je fis don dans les années 1990 au Musée de la Gendarmerie, Section Résistance. Quant au second tableau, étant une nature-morte représentent les produits de la viticulture en serre d'Hoeilaert, - raisins noirs et blancs, mais aussi melons, tomates et concombres -, il était destiné à maman, née à Hoeilaert et fille des premiers grands viticulteurs, en 1900, producteurs de "raisins en serre d'Hoeilaart", Francis Bogaerts en Barbara Charlier.

Pour rappel, la viticulture en serres de verre d'Hoeilaart doit son origine à  Félix Sohie, né à Hoeilaart en 1841 et décédé à Woluwe-Saint-Pierre, en 1929. La viticulture en serres de verre est en fait le fruit et l'aboutissement de recherches faits par Félix Sohie qui, diplômé de' l'Ecole Horticole de Vilvorde, en 1860, fut jardinier-en-chef au Château d'Huldenberg appartenant à la famille du Baron Théodore de Baudequin de Peuty. Dès 1865, Félix Sohie expérimenta et développa à Hoeilaart, en collaboration avec ses deux frères, l'exploitation de la culture du raisin dans des serres en verre, chauffées au charbon par le biais de canalisations intérieures.

Ce fut également Maxime van de Woestyne qui assure le reportage photographique, destiné au Comte de Launoit, de toutes les phases de reconstruction du Moulin d'Argenteuil, et dont seules quelques photographies personelles représentant mon père Raymond Velle et les fermiers-meuniers Bogaerts-Derome devant l'épave du moulin, avant son transfert vers le Domaine d'Argenteuil, figurent dans le présent ouvrage, le reportage photagrapique complet étant la propriété de la Famille de Launoit.

Pour compléter le curriculum vitae de mon père, il est opportune de faire mention ici du fait que Raymond Velle, était titulaire de plusieurs décorations et distinctions honorifiques, tant militaires que civiles, la plus prestigieuse, dans le domaine civil, étant sans conteste, aux yeux de mon père, la Médaille lui conférant en 1964 par AR du 21/03/1964, le grade de Chevalier de l'Ordre de Léopold II, octroyée par le Roi Baudouin, sur proposition du Comte Paul de Launoit et du Ministère de l'Agriculture et lui décernée pour l'établissemnet, dans le Domaine d'Argenteuil de la "Ferme-modèle à stabulation libre", qu'il élabora suivant le modèle américain dont il s'inspira lors de son séjour aux Etats-Unis.

Ce fut, grâce aux rechersces fructueuse de Monsieur Xavier Botterman, Ataché, SPF Economie, PME, Classes Moyennes et Energie, à Bruxelles, que je pus obtenir une copie de fiches du Service des Ordres Nationaux, mentionant les distinctions décernées à mon père ainsi qu'une copie de la publication au Moniteur belge, du 21 mai 1964, mentionnant la nomination de mon père à la grade de Chevalier de l'Ordre de Léopold II, par AR du 21/03/1965.

Dans le domaine militaire, ce fut le Major Pascal Catherine, du Ministère de la Défense Nationale, qui rassembla et me fit parvenir une liste complète des médailles et distinctions honorifiques militaires, décernées à mon père Raymond Velle, dont la Médaille d'Or de l'Ordre de Léopold II, par Arrêté du Prince Régent, du 21 juillet 1946.

Amateur d'art, mon père, avec l'accord du Comte Paul de Launoit, passa commande auprès du peintre Edmond Duchêne, résidant à Ohain, pour qu'il réalise une peinture du Moulin d'Argenteuil dans sonnouveau cadre domanial ... tableau que mon père m'offrit. Le peintre Edmond Duchêne fit également une peinture du Moulin d'Argenteuil, à titre personnel et, nonagénaire, en fit don au Comte Jean-Jacuqes de Launoit.

Ce fut, sur proposition de mon père, que j'eus moi-même l'immense privilège, après mes études ujniversitaires, d'effectuer un stage de deux ans à la Banque de Bruxelles - dont le siège étalbi, 2 Rue de la Régence, à Bruxelles-, dns le secrétariat privé du Comte Paul de Launoit, Président de la Brufina. C'est là que je fis la découverte au bureau du Comte de Launoit, bureau qui se trovuait dans l'aile du Palais des Comtes de Flandre, là où naquit, en 1875, le Prince Albert qui succéda au Roi Léopold II, et deviendra le légendaire Roi-Chevalier.

Ce passage, à la Banque de Bruxelles, fut pour moi une expérience de vie professioonelle que je mis à profit lors de ma candidature à un poste auprès du "Plan Marschall", émanant de la MSA (Mutual Security Agency, Washington, DC) et établi au sein de l'Ambassade des Etats-Unis, à Bruxelles, où j'ai accompli une carrière complète en tant que Commercial Advisor à la "Commercial Section", dépendant du US Department of Commerce, Washington, DC.

De mes contact professionnels avec le Comte Paul de Launoit, j'ai retenu son grand souci de recherche de perfection dans la travail. D'ailleurs, la devise squ'il avait choisie pour figurer sur le blason des Comtes de Launoit n'était-elle pas "LABORE"..."PAR LE TRAVAIL".

Puisse le présent ouvrage, que je dédie en hommage au Comte Paul de Launoit et à la mémoire de mon père, Raymond Velle, susciter un élan d'intérêt pour ce vénérable moulin brabançon, le Moulin d'Argenteuil, plus que bicentenaire et sauvé, voici cinquante ans, de la ruine et dispartion complète, par deux hommes remarquables qui, en symbiose, ont ouvré pour la suvie de ce Moulin-voyageur.

En cette année 2013, où l'on commémore le cinquantième anniversaire de l'implantation du Moulin-voyageur dans le superbe Domaine d'Argenteuil et à la lecture de mon ouvrage, j'ose espérer que, par le biais d'une association "Les Amis du Moulin d'Argenteuil", on puisse trouver une formule en vue de perpétuer l'existence de l'un des derniers moulins brabançons, le beau Moulin d'Argenteuil.

L'histoire du Moulin d'Argenteuil, l'histoire du long périple du moulin à travers le temps, toutes ces étapes et pérégrinations se trouvenst résumées dans l'"Historique du Moulin" établie par Raymond Velle, historique qui figure, en introduction, dans son "Livre de Comtes" en un texte calligraphié par une Soeur Carmélite, du Carmel d'Argenteuil, texte que je vous laisse décourvir plus loin. 

Photos:
- La Chapelle Musicale Reine Elisabeth (p. 9)
La Reine Elisabeth en 1962 (p. 10)
- Une visite prestigieuse en 1958. Soraya et le Comte Paul de Launoit à la Chapelle MUsicale Reine Elisabeth (p. 10°
L'Eglise de Fer de la Hulpe (p. 10)
Le buste du Comte Paul de L aunoit, par le sculpteur ALfred Coutens, exposé à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth (p. 11°
- Les oeuvres de Voltaire du Comte Paul de Launoit. "Fonds de Lunoit", Réserve Précieuse, Bibliothèque Royale de Belgique  Albert Ier à Bruxelles (p. 11°
- L'Eglise de Fer de la Hulpe, aujourd'hui disparue, et un vieux moulin brabançon datant de 1767, venu de Vollezele et transporté à la Hulpe à la fin du 19e siècle (prentkaart) (p. 11)
- "Natur-morte, par Maxime van de Woesyne (1944) - Collection privée (p. 14)
- Maxime van de Woestyne et Marcel Quinet (p. 14)
- Le Moulin d'Aegenteuil, par E. Duchêne en 1962 - Collection privé (p. 15)
- Le Moulin d'Arergenteuil par E. DUchêne en 1962 - Collection privée (p. 15)

Historique du Moulin d'Argenteuil (p. 17-24)
Par Raymond VELLE
Régisseur des Biens du Comte Paul de Launoit

Moulin-à-vent d'Argenteuil-sous-Ohain
Anno 1767
Restauration 1962.

Moulin à vent
d'Argenteuil-sous-Ohain
Anno 1767
Restauration 1962
Propriétaire: le Compte Paul de Launoit
19, avenue Franklin Roosevelt,
Bruxelles;
Le Régisseur: M. Velle Raymond,
45, chaussée de Bruxelles
Hoeilaert (Tél. 57.04.22)
Les Entrepreneurs:
Van de Kerckhove Robert
rue de Bruges 71, à Ingelmunster;
Peel Frères (Guido et Herman)
rue aux Moules 1, à Ghistelles;
Van Hamme Charles, Entrepreneur maçon,
Rue Coleaux, à Waterloo,
(construction des piliers pour recevoir le moulin)

Historique
La Commune d'Ohain a le privilège de conserver le plus ancien moulin en bois du Brabant wallon. Mais dans quel piteux état! La construction menace ruine et ne possède plus que des bouts d'ailes tendus vers le ciel comme des bras impuissants.
Le moulin date de 1767. Il fut acquis en 1891 par les parents du meunier Bogaerts d'Ohain en la commune de Vollezele au prix de 12.800,- frs. et non 13.800,- frs. déclaré précédemment. La cause de la vente fut le décès du meunier Geerons-Leyssens à Vollezele, distant de 11 km. de Grammont, 9 km. de Ninove, 64 km. d'Ohain. Il y fut démonté et le transport des matériaux démontés a nécessité à l'époque (1891) 11 voyages avec traction animale sur des mauvaises routes (108 km. aller-retour). Il fut reconstruit en 1891 à Ohain (Argenteuil, Eglise de Fer). Les pierres à moudre proviennent des carrières de La Ferté-sous-Jouarre, France.
Il fonctionna de 1891 à 1931, date à laquelle le meunier Bogaerts Henri, époux de Derom Arsène abandonna la mouture par suite du peu de rentabilité. Les moulins mécaniques actionnés à l'électricité firent au moulin à vent une concurrence impossible à suivre.
Depuis 1931, le moulin d'Argenteuil fut laissé à l'abandon, sans soins et, en 1959, il fut signalé comme tombant en ruines. C'est en mars 1959 que Monsieur le Comte Paul de Launoit me prescrit d'entamer des pourparlers avec les époux Bogaerts-Derom en vue d'acquérir le moulin à vent dans l'état où il se trouve. C'est le 7 mars 1959 que l'accord fut signé pour la vente du moulin, lequel serait démonté et restauré à un emplacement à désigner par Monsieur le Comte.
Le prix de l'acquisition fut signé à 75.000 frs.
A partir de cette date, Monsieur le Comte me prescirt de contacter un entrepreneur pour le démontage et la restauration du moulin. Chose peu aisée, ce corps de métier étant signalé comme nonn existant en Belgique. Les moulins à vent, dans le pays se sont en effet pour ainsi dire tous dans l'inactivité.
C'est Monsieur Ronse, 83 ans, Président du Conseil Provincial de la Flandre Occidentale et Bourgmestre de Gistel, Château "Ter Waere", Téléphone Ostende 28164 privé, qui me mit en rapport avec un ancien entrepreneur du nom de Van de Kerckhove Robert, 63 ans, domincilié rue de Bruges, n° 71, à Ingelmunster.
Ce dernier accepta d'étudier la question du démontage et de la restauration du moulin en un autre leieu et de remettre prix. Après être descendu sur les lieux pendant une semaine, le prénommé déposa un devis d'estimation qui était de l'ordre de cinq cent treize mille quatre cent cinq francs (513.405.- signé "Van de Kerckhove" le 27 mars 1959.

A ces frais vinrent s'annexer les frais de maçonnerie de l'entrepreneur Van Hamme de Waterloo, rue Coleau (téléphone 54.26.27) de l'ordre de 20.872,-  (vingt mille huit cent septante-deux francs, les frais d'hébergement et de nourriture pour l'entrepreneur et ses 4 ouvriers pendant 7 mois (voir les dépenses à payer à l'Auberge d'Ohain) de l'ordre de 126.048-, cent vingt-six mille quarante-huit francs + les frais de transport chemins de fer chaque week-end, 5 hommes, Braine-l'Alleud-Ingelmunster (184,- x 5 = 940,- frs.) ou 20 week-end à 940,- frs: 18.800,-frs. dix-huit mille huit cents francs, soit une dépense totale de 679.125,- frs. (six-cent septante neuf mille cent vingt-cinq francs).
A l'examen des frais, Monsieur le Comte abondonna l'entreprise.

Le 26 février 1962, l'entrepreneur Van de Kerckhove présenta la somme de 100.00 frs. pour l'acquisition du moulin acquis en 1959 pour 75.000,-. En cas d'accord, Van de Kerckhove destinait le moulin pour le démontage et l'exportation en Amérique à l'effet de l'y restaurer à la demande d'une ancienne famille hollandaise issue de branche de meuniers.

Comme le meunier Bogaerts était décédé le 1er février 1961 et que le change d'action était libre, Monsieur le Comte refuse la vente et me prescrit de reprendre l'étude du devis de démontage et de restauration du moulin.
Je contact à nouveau l'entrepreneur Van de Kerckhove qui est d'accord mais à la seule condition de prendre un second entreprenuer vu son grand âge (63 ans). Accord est donné.
Ce sont les entrepreneurs Peel frères (Guido et Herman) de Gistel, rue aux Moules, n° 1, qui acceptent. Je consulte à nouveau l'entrepreneur Van Hamme  pour revoir son devis de 1959, le dernier accepte et majore le prix de 25.494 frs. à 31.0.592,- frs. sans taxe de 6 %.

Les entrepreneurs Van de Kerckhove et Peel frères déposent leur devis le 1er mars 1962 qui est de l'odre de 661.252,- frs. sans taxe de 6% plus des frais de logement et de nourrituere: 5 repas par jour, à 5 hommes à 200 frs. par jour, soit 1.000,- à 20 jours ouvrables par mois = 20.000,- frs., plus les frais de transport Waterloo-Ostende, autobus et chemins de fer: 40 week-end à 1.000,- frs = 40.000,- frs.
Les chiffres cités par la seconde estimation aminent la dépense totale de la restauration à 931.844,- frs. (neuf cent trente et un mille huit cent quarante-quatre francs.)
Le nouvel emplacement fut indiqué par Monsieur le Comte le samedi 5 mai 1962, à savoir sur le plateau de l'assiette des bâtiments de la Ferme d'Argenteuil. Le même jour, fut remise à Monsieur le Comte la maquette du moulin à vent à restaurer.

C'est donc exactement dix ans après la création de la Ferme d'Argenteuil, la première à stabulation libre en Belgique, que la restauration du moulin à vent fut entreprise.
La Ferme d'Argenteuil d'autre part fut créée et fondée par Monsieur le Comte P. de Launoit.
Les collaborateurs de cette création furent:
Monsieur Petit, Professeur du Génie Royal, Université de Gand,
Monsieur Libert, Agronome Principal de l'Etat,
Monsieur Dedobbeleer Joseph, Ingénieur Agronome et Eleveur,
Monseiur Velle Raymond, Régisseur de biens,
Monsieur Van Hemme Charles, Entrepreneur,
Monsieur Vannesse, Architect, à Wavre.

Les travaux furent entamés le 16 mai 1952 et termnés le 6 décembre 1952.
Pour le coût de cette exploitation, voir les cahiers de compte. Bâtiments ferme et maison chef de culture Van Achter: 4.915.000 frs. Les 55 Ha. de la ferme acquis en 1952: 9.171000 frs. (soit 17 frs. le m²); 9 Ha. àprès 1952: 2.750.000 frs (environ 30 frs. le m²). En tout: 64 Ha. en exploitation.
La superficie exploitée est de l'ordre de 70 hectares et demi, le tout en dehors des murs du Domaine. Les 64 hectares furent acquis auprès de 19 différents propriétaires et 10 Ha. en sont loués à des tiers (1952).

Pour en revenir au moulin à vent: avec l'accord donné par Monsieur le Comte de Launoit, les entrepreneurs dont question dans le présent entreprennent le démontage du moulin établi dans la cour de la ferme Bogaerts (Eglise de fer) à Ohain le mercredi 25 avril 1962 pour être totalement démonté le 24 mai 1962.
Le transport des materiaux de l'Eglise de fer à la Ferme d'Argenteuil fut exécuté par le personnel de la ferme avec le matériel et traction agricoles mécaniques sour une surveillance et ma responsabilité.
Pour certaine partie du moulin démonté, il fallut demander le concours de la gendarmerie locale pour canaliser la circulation routière entre l'ancien et le nouvel emplacement, parce que certains matériaux dépassaient la largeur de 4 m. sur 7 m. de longueur.
Le gain ainsi réalisé avec le transport de la ferme est de 9.400,- frs.

Le lundi 28 mai 1962, fut entamée la restauration du moulin: les entrepreneurs, sauf imprévus, prévoient la fin des travaux pour le début de novembre 1962.
Le logement et les cinq repas par jour sont assurés par les soins de la veuve Merckx, mère du garde-chasse Jérôme, occupant une maison du Domaine (rue du Coq), ancienne maison Ginion; ceci pour diminuer les frais de l'auberge d'Ohain.
Dans le livre de comptes, sont mentionnés les fonds mis à ma dispositon pour couvrir les payements aux entrepeneurs, suivant l'avancement des travaux, ainsi que les comptes des frais de nourriture et autres non prévus dans l'entreprise.

---

Provisions recues de Monsieur le Compte Paul de Launoit.
15/8/62 (samedi) de la main à la main 200.000 fr.
9/6/62 (samedie) Cheque sur la Banque Nagelmackers 250.000 fr.
25/8/62 (samedi)chèque sur Banque de Bruxelles 200.000 fr.
13/10/62 (samedi) chèque sur Banque de Bruxelles 350.000 fr.
                                                                          1.000.000 frs.

Le Moulin d'Argenteuil ou l'Itinéraire d'un Moulin-voyageur (p. 25-36)
°1767 - restauré en 1962
Par Simone VELLE,
Licenciée en Historie de l'Art et Archéologie / Art contemporain & Byzontinologie, ULB

Argentueil, un lieu mythique dans le Brabannt wallon, en bordure de la Forêt de Soignes, sera le point de halte d'un moulin brabançoin du XVIIe S., érigé en 1767, à Vollezelles (Vollezele), en plein Siècle des Lumières, sous le règne de l'Impératrice Marie-Thérèse d'Autriche.

Ce moulin brabançon, à présent plus que bicentenaire, aura effectue un long périple de son lieu d'origine, Vollezele (lieu-dit Gallemaerde), en Brabant flamand, en passant par La Hulpe (lieu-dit Gaillemarde) en Brabant wallon, pour enfin se fixer, après sa restauration en 1962, dans le domaine du Comte Paul de Launoit, - le Domaine d'Argenteuil - d'où son nom "Moulin d'Argenteuil".

A partir de diverses correspondances et archives laissées par feu mon père, Raymond Velle, Régisseur des Domaines du Compte Paul de Launoit, j'ai exsayé de reconstituer "l'arbre généalogique" de ce Moulin-voyageur ainsi aue son histoire au cours du temps.

J'ai égalament tenté de reconstituer l'itinéraire du moulin en consultant, aux Archives générales du Royaume de Belgique, à Bruxelles, les archives notariales disponibles, datant de la fin du XIXe siècle.

Malgré de patientes recherches dans les Archives des Pays-Bas autrichiens, sous le règne de l'Impératrice Marie-Thérèse d'Autriche (Vienne 1717 - Vienne 1780), je n'ai pu trouver trace, - pour la période 1760-1767 -, d'une éventuelle "demande d'octroi" introduite pour l'édification d'un moulin-à-vent, à Vollezelles, en 1767. En principe la "demande d'octroi", sous le régime autrichien, devait être officiellement adressée à son Altesse Impérioale et Royale Marie-Thérèse d'Autriche et, d'après examen, la permission d'ériger un moulin-à-vent ou un moulin-à-eau était accordée ou non. L'octroi représentait en quelque sorte le "permis de construire" de nos jours. Selon la tradition orale, - toutefois non vérifiée ni certifiée -, recueillie par mon père, le demandeur d'octroi dans les années 1760-1765, aurait put être un membre de la famille des du Bois-d'Enghien dont plusieurs membres résidaient à cette époque à Vollezelles (Vollezele), mais, faute de preuve formelle... le doute persiste quant au demandeur d'octroi, en vue d'édifier un moulin-à-vent à Vollezelles.

Dans l'étude historique établie, dans les années 1960, par Raymond Velle il est mentionné que les derniers exploitants du moulin-à-vent à Vollezele, en date de 1890, étaient les époux Geerons-Leysens.

De mon côté, j'ai essayé de reconstituer l'arbre généalogique de ce Moulin-voyageur en consultant les Archives générales du Royaume de Belgique, à Bruxelles, où, d'après les actes notariaux de la fin du XIXe siècle, accessibles au public, j'ai pu établir, dès 1872, l'identité des divers propriétaires du moulin et les diverses étapes parcourues par le Moulin de Vollezelles (Vollezele) en Brabant flamand) vers La Hulpe (en Brabant wallon) avant de terminer son périple dans le Domaine d'Argenteuil, à Lasne-Ohain.

Pour la localisation des lieux de naissance du moulin brabançon, qui deviendra le mythique Moulin d'Argenteuil, j'ai pu repérér dans le Grand Atlas de FERRARIS, de 1777, la localité de Vollezelles (Vollezele), où le dit moulin vit le jour, en 1767. Le village de Vollezelles (Vollezele) au XVIIIe siècle, d'après la carte de Ferraris, était situé dans le Baillage d'Enghien (Voir la Carte 61A/Halle)

Il est à noter que le "Grand Atlas de FERRARIS, de 17777, Carte de Cabinet des Pays-Bas autrichiens et de oa Principauté de Liège", réalisé par le COmte de Ferraris, est en quelque sorte le premier Atlas de Belgique.

Le Comte Joseph-Jean de Ferraris (Lunéville 1726 - Vienne 1814) avait des liens privilégiés avec la Maison d'Austriche. Il avait combatu, pendant la Guerre de Succession d'Autriche, dans le Régiment du Prince Charles de Lorraine, qui le nommera directeur-général de l'Aertillerie dans nos provinces. Quelques années plus tard, le Comte de Ferraris sera nommé directeur de l'Ecole des Mathématiques, à Malines et, fin des anées 1760, Charles de Lorraine le chargera d'établir la cartogrpahie de la Forêt de Soignes et de ses environs, (Bruxelles, Archives générales de l'Etat, Cartes et plans, ms 716 et du Domaine de Mariemont, (bibdem, ms 1845).

Par la suite, le Comte de Ferraris propsera, en 1769, à Charles de Lorraine de lever une carte de l'ensemble des Pays-Bas autrichiens. Le COmte de Fera'ris, dans la nouvelle Carte de Cabinet, proposait d'indiquer, avec précision, villes, vilalges, hameaux dans les limites des différentes provinces et juridictions des Pays-Bas autrichiens. Le pojet, après plusieurs controverses, sera finalement accepté le 11 aoput 1770 par l'Impératrice Marie-Thérèse d'Autriche et la Carte de Cabinet sera achevée en 1777.
Cette première carte à grande échelle de la Belgique d'aujourd'hui sera utilisée jusqu'en 1840, et notamment par Napoléon Ier.

Après avoir localisé, de manière mrécise, la localité de Vollezelles (Vollezele) sur la Carte de Ferraris de 1777, où le Moulin aviat été érigé en 1767, je suis passée au stade suivant pour établir la genèse de ce moulin brabançàn. Je suis passée à la constultation des actes notariaux de la fin du XIXe siècle, les seuls actes notariaux accessibles, établissant les actes de passation de propriété des meuniers-agriculteurs de Vollezelles (en Brabant flamand) à des meuniers-agriculteurs de La Hulpe (en Brabant wallon).

Ces actes notariaux du Brabant, en dépôt aux Archives générales du Royaume, Rue de Ruysbroeck à B ruxelels, jusque'n 2010? ont été dispersés, depuis lors, et répartis suivant les régions linguistiques, aux siège s des Aechivzes de Leuven et de Louvain-la-Neuve.

A partir de ces Actes notariaux, j'ai pu retracer dès 1872 les diverses étapes de passation de propriété ainsi que le parcours du Moulin de Vollezelles, de son lieu d'origine en Brabant flamand vers sa nouvelle résidence à La Hulpe, en Brabant wallon. Je rappelle que dans l'étude établie au début des années 1960 par Raymond Velle, Régisseur des biens du Comte Paul de Launit, il est mentionné que le dernier meunier-exploitant du Moulin de Vollezelles, appartenait à la Famille Geerons-Leyssens.

D'après l'acte notarial du 22 mars 1872, établi par le Notaire Alphonse-Philippe Thiebeau, de Céroux-Mousty, Canton de Wavre, en Brabant, il est stipulé que Monsieur Nicolas Derome, cultivateur à Ohain, fait donation d'une parcelle de terrain labourable à son fils Prosper Derome, lui-même culitvateur-meunier (voit acte notarial du 22 mars 1872, en Annexe).

Le 22 novembre 1886, à la requête de Monsieur Prosper Derome, demeurant à Argenteuil-sous-Ohain, Maître Charles, Henri, Victor Stevenart, Notaire, résident à La Hulpe, Canton de Wavre, en Brabant, mettait en adjudiction publique un moulin-à-vent, avec terrain, au plus offrant, le tout étant situé à Argenteuil-sous-Ohain, au lieu-dit Chemin de Louvain, et contentant une superficie d'environ 20 ares. (voir acte notarial du 22 novembre 1886, en Annexe).

Il importe de noter, au passage, que le dit Moulin de Vollezelles avait éta cquis en pièces détachées, en 1872, par Prosper Derome et reconstruit sur son terrain à La Hulpe, totu près de l'Eglise de Fer, aujourd'hui disparue.

En octobre 1890, Maître Charles, Henri, Victor Stevenart, Notaire résidant à La Hulpe, Canton de Wavre, en Brabant, actait la passation de propriété du moulin-à-vent de La Hulpe de la Famille Derome à François Bogaerts et à son épouse Barbe Van Eyck, demeurant tous deux à La Hulpe. (voir Acte notarial du 8 octobre 1890, en Annexe).

Le 27 janvier 1920, le Moulin de La Hulpe, d'après ls Actes notariaux établis par Maître Charles, Henri, Victor Stevenart, de La Hulpe, passera par succession aux nouveaux propriétaires, Monsieur Henri Bogaerts et à son épouse Arsène Derome, agriculteurs à Ohain, qui devriendront meuniers à leur tour.

Après 1940-1945, l'activité de la mouture des céréales déclinant, le dernier meunier-agriculteur, Henri Bogaerts, dut se résigner, dans le contexte économique de l'époque, à cesser définitivement toute activité meunière.

Le Moulin de La Hulpe, désaffecté et en ruine, sera finalement acquis par le Comte Paul de Launoit, peu de temps avant le décès survenu le 31 janvier 1961 du dernier meunier-expmoitant du Moulin de La Hulpe, Henri Bogaerts.

Après de nombreuses péripéties et une longue période de réflexion, le Comte Paul de Launoit prit enfin la décision, en 1962, de faire restaurer le Moulin de La Hulpe et,une nouvelle fois, après avoir été démantelé" et ransféré par la route de La Hulpe à Lasne-Ohain dans le Domaine d'Argenteuil, et plus précisément dans l'enclave du Champ du Grand-Chéne et de la Rue du Coq, l'ancien Moulin de Vollezelles, après une restauration en profondeur, deviendra le mythique Moulin d'Argenteuil.

Le Moulin d'Argenteuil, moulin-à-vent entièrement en bois, de plan carré et à corps tournant, sera aménagé dans le vaste Domaine d'Argenteuil sur une butte spécialement conçue et aménagée pour sa réédification.
Il avait aussi été convenu avec les firmes de restauration, les Entreprises Vandekerckhove et Peel, respectivement d'Ingelmunster et de Ghistelles, que les matériaux d'origine récupérables soient réutilisés, tels les bois de charpente et surtout les pierres) moudre le blé, pierres qui provenaient des carrières de La-Ferte-sous-Jouarre, en France.

Le Moulin de Vollezelles (Vollezele) édifié en 1767 en Brabant flamand, après son passage de 1890 à 1961 à La Hulpe, en Brabant wallon, se retrouvera, après sa restauration en 1962, dans le cadre prestigieux du Domaine de'Argenteuil, à Lasne-Ohain. Le Moulin d'Argenteuil, dernier moulin brabançon, depuis lors, pointe majestueuesment, ses ailes vers le ciel... mais jusques-à-quand?

Tout récemment, j'ai pu obtenir, par l'intermédiaire du Comte Jean-Jacques de Launoit, les Actes notariaux de succession de feu son père, le Comte Paul de Launoit, actes établis le 29 avril 1983, lors de la vente du Moulin d'Argenteuil, de la Ferme-modèle à stabulation libre d'Argenteuil ainsi que d'une partie des terres agricoles du Domaine d'Argenteuil entre, d'une part, la S.A. en liquidation "Mutuelle Mobilière C.O.M.I.L", à Bruxelles (Société privée du Comte Paul de Launoit, décédé en 1981), vendeur et, d'autre part, Jean-PIerre Stordeur et son épouse Michèle Dierickx, acquéreurs.

En parcourant le "Dossier Correpondance" établi par mon père Raymond Velle, de 1959 à 1962, au sujet du Moulin de La Hulpe, qui deviendra le Moulin d'Argenteuil, j'ai pu retracer l'historique du Moulin... et de son parcours semé d'anecdotes.

Mon père, dès qu'il eut reçu le feu-vert du Comte Paul de Launoit pour entamer des travaux de restaruation du Moulin, prit des contacts avec plusieurs personnalités et techniciens dans le domaine de la restauration de moulins, en Flandre, dont, entre autres, le Président du "Provincieraad van West-Vlaanderen" ainsi qu'avec divers corps de métiers spécialisés dans la rénovation de moulins-à-vent.

Dès mars 1959, Monsieur Alfred Ronse, Président du Conseil Provincial de Flandre occidentale et Bourgmestre de Ghistelles (Gistel), donnait son accord pour procéder à l'examen du Moulin-à-vent de La Hulpe (Waterloo), suggérant également à mon père de prendre contact avec un restaurateur de moulin-à-vent, un centain Robert Vandekerckhove, de Ingelmunster.

L'entrepreneur Robert Vandekerckhove vint en personne sur les lieux, à La Hulpe, en vue d'exeminer l'état du Moulin-Bogaerts et après examen, tant intérieur qu'extérieur, Monsieur Robert Vandekerckhove constata que la carcasse du Moulin était en état de conservation relativement bon et sans défaut apparent, sauf pour les parties suivantes:
- Les 4 faces en planches reouvrant la carcasse ainsi que l'escalier d'accès à double voie de 9 mètres de long sur 2 mètres le large;
- Il en était de meme en ce qui concernait les 4 chanelles (ailes), centains poussards et les quatre pieds sur lesquels reposait le Moulin.

Monsieur Robert Vandekerckhove estimait le poids total du Moulin, y compris les accessoires, à plus de 30 tonnes et la hauteur du Moulin, prise du sol, devait selon lui atteindre environ 31 mètres.

Après concertation et avis reçu de Monsieur Alfred Ronse, l'entrepreneur Robert Vandekerckhove proposa d'établir un devis estimatif du coût de la restauration ainsi que de la durée des travaux. Ce devis estimatif, adressé au Comte Paul de Launoit, mentionnait également les frais de déplacement, de logement et de maintenance de la main-d'oeuvre venue de Flandre pour le déplacement et la restauration du Moulin d'Ohain-La Hulpe, dans le Domaine d'Argenteuil.

Le 13 avril 1959, après s'être entendu sur place à Ohain (La Hulpe), Monsieur Alfred Ronse, à son tour, établit un rapport sur l'état du Moulin. Ce rapport technique, en néerlandais, figure en annexe. Monsieur Alfred Ronse, de Gistel, complétait ce rapport par une dernière mise au point destinée à rapport en transmettant à mon père, Raymond Velle, ses vif remerciements pour son aide et toute son appréciation pour sa collaboration efficace.

D'autre part, les Entreprise Van Hamme Frères, de Waterloo, soumirent en mars 1959 au Comte Paul de Launoit, d'un devis détaillé en prévision du transfert, par route, du Moulin de La Hulpe vers sa nouvelle destination, à Argenteuil. Une copie du devis original est en Annexe.

Tous ces projets de 1959 furent longuement étudiés par le Comte Paul de Launoit qui s'accorda un long moment de reflexion jusqu'au moment précis où plusuieurs instances manifestèrent un sérieux intérêt en vue de d'acquérir l'apave du Moulin de la Hulpe.

Il s'agissait, d'une part, d'un Américain de Minneapolis, Minnesota, d'origine hollandaise, qui désirait réédifier ce moulin brabançon aux Etats-Unie... et, d'autre part, du Sénateur P. Warnant, Vice-Président du Sénat, résidant à Court-St-Etienne, en Brabant Wallon, qui, lui aussi, exprimait un vif intérêt pour le Moulin de La Hulpe... tombant en ruine! Le Sénateur P. Warnant, dès août 1961, s'adressait d'ailleurs au Bourgmestre d'Ohain, Monsieur J. Trachet, en vue d'obtenir les coordonnées du propriétaire du Moulin de La Hulpe (voir en Annexe, la Correspondace des prénommés).

Ces faits nouveaux incitèrent le Comte Paul de Launoit à réprendre contact avec Monsieur Alfred Ronse, de Gistel ainsi qu'avec Monsieur Robert Vandekerckhove, d'Ingelmunster. Ce dernier, lors de ce nouveau contact, insista auprès du Comte afin d'obenir, vu l'importance des travaux, l'assistance de un ou plusieurs restaurateurs de moulins-à-vent. En fin de compte, ce furent les Entrepreneurs Peel Frères de Ghistelles (Gistel) qui restèrent en lice pour la participation à la restauration du fameux Moulin de La Hulpe.

Coup de théâtre... C'était en fait les Frères Peel qui, peu de temps auparavant, avait été contactés par la dite famille américaine, d'origine hollandaise, de Minneapolis-Saint Paul, dans le Minnesota, USA, qui cherchait un moulin-à-vent ancien localisé dans les Pays-Bas ou en Belgique, en vue de le réédifier aux Etats-Unis.

Les Frères Peel, par ailleurs, avaient reçu entretemps une demande similaire à propos d'un moulin-à-vent ancien de la part de l'Agent de Change Piron, demeurant Avenue Winston Churchill, à Bruxelles. Les Frères Peel devant cet intérêt soudain pour un moulin-à-vent ancien, prirent l'initiative de proposer au Comte Paul de Launoit de lui racheter le Moulin de la Hulpe, en ruine...

Cette proposition de rachat de "son moulin" fut le déclic magistral pour la prise de décision définitive du Comte Paul de Launoit d'entamer, dès le début 1962, les travaux de restauration du Moulin de La Hulpe et d'envisager sont transfert dans son Domaine d'Argenteuil.

Dès lors, le Comte Paul de Launoit chargea son Régisseur de Biens, Monsieur Raymond Velle, d'entamer, au plus tôt, toutes les démarches administratives et autres en vu de finaliser son projet de restauration du Moulin de La Hulpe et de fixer avec les entrepreneurs une nouvelle estimation des travaux tout en tenant compte des recommandations faites par Monsieur Alfred Ronse, de Gistel, dans son rapport général du 13 avril 1959 (voir en Annexes, la Correspondance des prénommés, "Algemeen Verslag, 13 April 1959", van Alfred Ronse, Molentecnicus, Gistel).

De son côté, Monsieur Robert Vandekerckhove, d'Ingelmunster, qui avait déjà, en date du 27 mars 1959, adressé au Comte Paul de Launoit un dvis détailleé (dont copie, en Annexe, avec annotations du Comte), révisa le devis de 1959, celui-à même qui avait été supervisé et ramnié en profondeur par Monseiur Alfred Ronse, comme en atteste son courrier du 15 avril 1959 adressé à Monsieur Raymond Velle (dont copie, en annexe).

Dès lors, l'élaboration du planning en vue de la mise en oeuvre des travaux de restauration à réaliser put démarrer dés fin 1961.

Monsieur Raymond Velle organisa les étapes de démontage du Moulin-Bogaerts ainsi que de sa réédification sur une assiette spécialement aménagée près de la Ferme-modèle, à stabulation libre d'Argenteuil, fondée par le Comte Paul de Launoit quelques années auparavant.

Les travaux de restauration du Moulin devant durer plusieurs mois, un programme de maintenance, tant pour le transport que pour le logement et la restauration du personnel des Entreprises Vandekerkchove et Frères Peel, fut établi.

Une maquette du Moulin à restaurer fut remise au Comte par les Entreprises Vandekerckhove et Peel Frères en commémoration de l'événement et il fut décidé également que la girouette du Moulin serait forgée dans une tôle de 3 mm, d'après le blason de la Famille de Launoit (voir diverses photos, en Annexe), en vue d'apposer la "signature" du Comte Paul de Launoit sur le futur Moulin d'Argenteuil.

La maquette du futur moulin-à-vent d'Agenteuil, offerte au Comte Paul de Launoit, furt réalisé par l'un des derniers fabricants de maquettes de moulins en Belgique, l'artisan Aloïs Devriendt, Dorpstraat, à Bovekerke, West-Vlaanderen. Cette maquette unique figura, dès 1962, dans le bureau particulier du Comte Paul de Launoit, dans sa demeure du 19, Avenue des Nation, à Bruxelles (cette même avenue qui deviendra, après 1956, l'Avenue F.D. Roosevelt).

La résidence du Comte Paul de Launoit, 17-19 Avenue F.D. Roosevelt, à Bruxelles, sera acquise en 1983, après le décès du Comte en 1981, par l'Université Libre de Bruxelles (ULB) et deviendra le siège de l'Ecole de Commerce SOLVAY-Business School SOLVAY (ULB) et du Centre Internation d'Etude des Religions et de la Lïcité (CIERL).

Le Moulin d'Argenteuil et la Ferme-modèle à stabuliation libre d'Argenteuil, ainsi que les pâturages y attenant, seront, dans le cadre de la succession de feu le Comte de Launoit, mis en vente en 1983. Le lot en question sera acquis, en 1983, par le fermier Jean-Pierre Stordeur, de Braine-l'Alleud, qui, en tant que nouveau propriétaire, devenait le seul responsable de l'avenir et du destin du mythique Moulin d'Argenteuil... (Acte notariel du 29 avril 1983, acte passé entre la succession de fue le Comte Paul de Launoit, d'une part, et Jean-Pierre Stordeur et son épouse Michèle Dierickx, d'autre part).

Monsieur Jean-Pierre Stordeur que j'eu l'occasion de rencontrer à Lasne-Ohain, en spetembre 2012, en vue de finaliser ma présente étude sur le Moulin d'Argenteuil, m'autorisa à prendre une série de photos du Moulin, de l'extérieur uniquement, car l'état actuel du Moulin, à l'intérieur, commençant à se dégrader sérieusement, rendait son accès dangereux. Mais, le plus alarmant, selon moi, reste surtout l'état de la pièce maîtresse du Moulin... ses quatre grandes ailes!

Le Moulin d'Argenteuil, dernier vestige des moulins-à-vent, en bois, faisant partie du paysage de ce beau Brabant wallon depuis plus d'un siècle et dont le cinquantième anniversaire de la dernière restauration, - sous les auspices de feu le Comte Paul de Launoit -, sera commémoré ce 16 août 2013, mérite une attention toute particulière de la part des autorités responables, tel le Patrimoine wallon, en vue d'en assurer la sauvegarde et la pérennité.

Puisse mon souhait être entendu et exaucé... pour que le mythique Moulin d'Argenteuil, pendant longtemps encore, reste l'apanage - tel une vigie - de cette belle campagne brabançonne.

Photos:
- Carte FERRARIS / 61A / Halle (p. 26)
Extrait du "Grand Atlas de Ferraris - Le Premier Atlas de Belgique de 1777 - Carte de Cabinet des Pays-Bas autrichiens et de la Principauté de Liège" (Vollezelles est situé à l'extrème gauche de la carte, au milieu)
- Le Moulin de La Hulpe et Eglise de Fer, avant 1940 (p. 28)
- Le Moulin-à-vent des meuniers Bogaerts et Eglise de Fer (afgestempeld 1909) (p. 28)
Opschrift: "La Hulpe. - Moulin-à-Vent et Eglise de Fer. Edit. Veuve G. Batardy, La Hulpe"
- Le Moulin de La Hulpe, propriété du meunier Henri Bogaerts, au début 1950, désaffecté et en ruine, sera finalement acquis par le Comte Paul de Launoit en 1959 (p. 29)
- Le Moulin d'Argentuil avant restauration (p. 30)
- Le Moulin d'Argentuil restauré en 1962 (p. 30)
- Le fermier-meunier Henri Bogaerts et sa femme Arsène Bogaerts-Derome. Au centre Raymond Velle, régisseur des biens du Comte Paul de Launoit (1959)(p. 31)
- Le fermier-meunier Henri Bogaerts et Raymond Velle, régisseur des biens du Comte Paul de Launoit (1959)(p. 31)
- Jean-Pierre Stordeur et son épouse Michèle Dierickx, les nouveaux propriétaires depuis 1983 du moulin d'Argentuil, entourent Madame Simone Velle (septembre 2012) (p. 34)
- Le moulin d'Argenteuil à Lasne-Ohain en septembre 2012 (p. 34-35)
- Trophée et plaquette commémorative de la chasse organisée à Argenteuil, le 16 août 1963, à l'occasion de l'inauguration du Moulin d'Argenteuil... voici cinquante ans! (p. 36)

ANNEXE (p. 37-

Cette partie de l'ouvrage illustre par le texte et l'image toute l'historique du Moulin d'Argenteuil et son itinéraire, depuis son édification en 1767, à Vollezelles (Vollezele, en Brabant flamand) à sa dernière halte, en 1962, à Lanse-Ohain, en Brabant wallon, dans le Domaine d'Argenteuil, propriété du Comte Paul de Launoit.

J'y ai rassemblé les actes notariaux de 1872 à 1983, ainsi qu'une partie de la correspondance de 1959 à 1962 établié entre le Comte de Launoit et mon père Raymond Velle, relative au transfert du moulin)à-vent (de la famille Bogaerts-Derome) de La Hulpe, vers sa nouvelle destination, le Domaine d'Argenteuil, à Lsne-Ohain, propriété du Comte Paul de Launaoit. En Annexe, figurent égalment les rubriques Archives et Documents divers, Articles de Presse et un Reportage Iconographique.

Actes Notariaux de 1872 à 1983
relatifs au
Moulin d'Argenteuil
Domaine d'Argenteuil, 40, rue du Coq,
1380 Lasne-Ohain

Construit en 1767, dans le Baillage d'Enghien, et érigé, dès cette date à Vollezelles (Vollezele), le Moulin sera acheté, en 1872, par le fermier-agriculteur, Posper Derme, de Ohain (en Brabant wallon).

Le Moulin sera transporté, en pièces détachées, de Vollezelles (Vollezele), à Lasne-Ohain, par traction chevaline, et sera réédifié à La Hulpe (Chaussée de Louvain, près de l'Eglise de Fer).

Les enfants de Prosper Derome, Nicolas Derome-Mathy (agriculteur à Ohain) et Eugène Derome-Cuvelier (emploèé à Ixelles) deviendront les héritiers du moulin en 1886.

En 1890, les agriculteurs François Bogaerts-Van Eyck, de La Hulpe, deviendront les nouveaux propriétaires du Moulin et en 1920 leur fils Henri Bogaerts-Derome, agriculteur, deviendra à son tour, par héritage, le propriétaire du Moulin de La Hulpe.

Henri Bogaerts, décédé en 1961, sans héritier, sera le dernier agriculteur-meunier. Inexploité depuis la fin des années 1930, le Moulin de La Hulpe se dégradera et finira par tomber en ruine.

Le Compte Paul de Launoit achètera le Moulin à l'état d'épave en 1959 et le fera restaruer et réédifier dans son Domaine d'Argenteuil, d'ou le nom mythique de "Moulin d'Argenteuil".

En 1983, après la décès du Comte Paul de Launoit, survenu en 1981, le Domaine d'Argenteuil sera vendu, en parcelles, par les héritiers de feu le Comte Paul de Launoit.

La parcelle agricole, comprenant la "Ferme-Modèle à stabulation libre" et ses dépendances, ainsi que le Moulin d'Argenteuil, deviendra en 1983 la propriété des fermiers Jean-Pierre Stordeur et son épouse Michèle Dierickx.

Actes notariaux de 1872 à 1920 (pp. 38 à 58)
Source: Archives Générales du Roayaume et Archives de l'Etat, 2 Rue de Ryysbroeck, 1000 Bruxelles

Acte notarial de vente, établi le 29 avril 1983 devant les Notaires Robert Colin (Manage) et André Nerincx (Bruxelles) (N.B. voir texte auprès les plans) (p. 59-61)
Devant nous ont ont comparu:
I. La Société Anonyme en liquidation "MUTUELLE MOBILIERE COMIL" ayant son siège à Bruxelles, rue Montoyer, numéro 4. Société constitué suivant acte reçu par le notaire Détienne, à Liège, le 20 mars 1931, publié aux Annexes au Moniteur Belge, le 3 avril 1931.
Répresentée, aux fins des présentes, par Monsieur Arthur DUHAIN, directeur, demeurant à Waterloo, avenue des Lucioles, numéro 10. Ci-après dénommée "le vendeur", de première part.
II. Jean-Pierre Jules Ghislain STORDEUR, agriculteur, né à Uccle le 9 juli 1943 et son épouse Madame Michèle Jeanine Ghislaine DIERICKX, né à Braine-l'Alleud le 12 juillet 1946, demeurant ensemble à Braine-l'Alleud, chaussée d'Alsemberg, 781-783, ci-après nommés l'acquéreur - de deuxième part.
Description de bien
Communes de Waterloo et Lasne - section de Ohain
Une maison avec dépendances et moulin, ainsi que diverses parcelles de terres agricoles et de pâtures, sous Ohain et sous Waterloo. Pour une superficie totale de 16 hectares 64 ares 5 centiares.
Prix
La présente vente est consenti et acceptée, en outre pour et moyennant le prix de 11.340.00O,- francs.
Occupation
Les biens présentement vendus sont libres d'occupation sous réserce de ce qui est dite ci-après.
Le droit de chasse est toutefois réservé au Comte Jean Jacques de LAUNOIT et ses descendants pour une période de dix-huit années débutant le 1 juillet 1983.
Plans annexés à l'acte notarial de la vente du 29 avril 1983, établi devant Maître Robert Colin, notaire résidant à Manage, à l'intervention de Maître André Nerincx, notaire résidant à Bruxelles, en l'Etude, 10 rue Brichant à Manage.
Ont comparu, d'une part,
I. La S.A. "Cornil", en liquidation, 4, rue Montayer à Bruxelles, (Société privée de feu le Comte Paul de Launoit) vendeur, et d'autre part,
II. Monsieur Jean-Pierre Stordeur, de Braine-l'Alleud et son épouse Michèle Dierickx, de B raine-l'Alleud, acquéreurs.

Archives - Dossier "Correspondance" (p. 62-
De Monsieur Raymond Velle de 1959 - 1962, en vue de la restauration du Moulin d'Argenteuil

-------------------------------

Lettre du 23 mars 1959 et carte du 26 mars 1959 d'Alfred Ronse à Raymond Velle, pour confirmer sa visite du Moulin de Waterloo (p. 62)

Provincieraad van West-Vlaanderen
Kabinet van den voorzitter

(met pen: Ostende 059-28164)
Ghistelles, 23 Mars 1959

Cher Monsieur

Suite à votre aimable communication telephonique du 22 Mars, j'ai l'avantage de vous informer que je peux disposer des Lundi 6 Avril ou Mardi 7 avril prochain, pour la visite du moulin de Waterloo.
Si ces jours vous conviennent, je vous reconnaissant si vous pouviez me fixer au plus tôt du jour qui vous convient, afin que je puisse prendre mes dispositions pour le jour qui deviendrait libre.
A vous lire veuillez agréer, Monsieur le Régisseur, l'expression de ma considération distinguée.
(Get.) Alfred Ronse
Monieur Raymond Velle
45 Chaussée de Bruxelles
Hoeilaart.

Ghistelles 26/3/59.
Monsieur le Régisseur
J'ai l'avantage de vous confirmer notre entretien téléphonique d'hier.
Nous sommes donc d'accord pour procéder à l'examen du Moulin à Vent de Waterloo le 7 avril prochain.
Je descendrais du train à Bruxelles-Central à 10.15H. du matin. J 'ai l'habitude d'emener une de mes filles qui se charge de mes travaux d'écriture.
Veuillez agréer, Monsieur le Régisseur, l'assurance de ma considération distinguée.
(Boven, met pen)
Le Lundi 6/4
Prevenu Mr. Ronse de mon empêchement pour le mardi 7/4 été appelé à Herbestal
Prevenu Mlle Ronse que je serais présent le 7 et a 10h15 gare centrale Bruxelles

-------------

Rapport général (Algemeen verslag) d'Alfred Ronse, établi le 15 avril 1959, à la suite de sa visite du moulin à Ohain, le 13 avril 1959 (p. 62-63)

ALFRED RONSE
MOLENTECHNICUS
RONSE

ALGEMEEN VERSLAG
Heden 13 April 1959 heb ik mij naar Ohain begeven ten einde de toestand van de aldaar staande windmolen, eigendom van WelEdel Graaf de Launoit, te onderzoeken, met het oog op zijn verplaatsing.
De kap van de molen bevindt zich in goede staat, uitgenomen het aanslagberd of beslag (Fr. Housage) vande voor en achteraan zijden, van de voorgevel en van de windweg (fr. pan au vent). Dat is in allerhaast nodig te vernieuwen.
De kas is volledig haaks gebleven en is het verplaatsen waardig.
Het gebint integendeel is zeer gebrekkelijk. De twee kruisplaten (fr. Soles) zijn volledig versleten en zijn hoogstnodig te vervangen. In de tegenwoordige toestand is er voor de molen een dringend gevaar voor neerstorten.
De steiger of trap moet volledig vernieuwd worden, alsmede het kruiwxerk en de loopschoren (fr. dames). Deze laatste ontbreken totaal. De stellingen (fr. balcon) rechts en links van de ingangdeur zijn te vernieuwen.
Het stalen wiekenkruis vertegenwoordigt een hoop oud ijzer en is door een nieuw te vervangen.
Bij het vernieuwen van de kapbedekking als ook van de windweeg stel ik voor roodkoperen plaat te gebruiken 6/10m/m dik. De bedekking met gespleten eiken leien kost zeer duur en is van geen lange duur. De "éternit" of asbestleien zijn zeer broos en ingevolge van de trillingen scheuren de nagelgaten gemakkelijk door. Roodkoperen bedekking kost min duur dan de eiken leien en maar weinig duurder dan de asbestleien.
Ik stel insgelijks voor ter gelegenheid van het vernieuwen van de steiger, deze een steviger helling te geven, en hem diensvolgens te verkorten. Dat zal min last brengen op de staart en zal het uitzicht verbeteren. Daardoor zal ook de staart (fr. timon) verkorten en zal zijn stevigheid verbeteren.
Vooraleer ik de gelegenheid had de juiste ligging van de molen te kennen was ik de mening toegedaan de molenkas, met zijn voorafgaandelijk hersteld gebint (fr. assiette) bestaande uit de staak (fr. pivot) de 8 kruisplaten (soles) de 8 banden (liens) op zijn geheel en zonder hem te moeten uiteenpakken (démonter) bij middel van rollen op 300 meters afstand te verplaatsen.
Bij nader onderzoek blijkt zulks onmogelijk te verwezenlijken ten gevolge van de luchtlijnen voor telefoon en aansluitingen aan het electrisch net. Had deze mogelijkheid bestaan, dan zou het een besparing van ongeveer honderd duizend frank vertegenwoordigd hebben.
Ik werd ook uitgenoodigd mijn gedacht uit te drukken over de te verkiezen plaats voor de heropbouw van de molen aangezien er vrscheiden beschikbare plaatsen zijn.
Ik ben zoo vrij mijn persoonlijk oordeel uit te drukken en geef de voorkeur aan de achtergrond van het hersteld huis van Bogaerts, langs de zelfde zijde van de baan als zich thans de molen bevindt.
Doch, ik heb aan de heer beheerder Velle onmiddelijk doen opmerken dat aangezien de roeden (fr. verge) 24 meters lang zijn, deze op de grond van de aanpalende eigendom zullen draaien. Zulks is een groot bezwaar: ten eerste, omdat de aanpalende grondbezitters zich daartoe bij rechte zouden kunnen verzetten; ten tweede: omdat zij op de scheiding van beide eigendommen en in gevolge de gebruiken van de streek, hoogstammige boomen zouden mogen planten die in de toppen van de wieken (ailes) zouden groeien. De heer Velle deed opmerken dat het perceel er naast gelegen kon aangekocht worden. Dat zou de beste oplossing zijn.
De molen zou ook op een lage wal (fr. butte) dienen geplaatst te worden; ongeveer 1m50 hoog. Het silhouette van de molen zou er bij winnen. Inderdaad, van op de openbare weg gezien zou hij anders schijnen in een put te staan. De nodige grond ware te vinden in de bestaande wal en het vervoer, gezien de geringe afstand ware gemakkelijk te verwezenlijken.
Aangezien, te gevolge van het uiteenpakken van de molen er mogelijkheid zal bestaan het uiterlijke van de molen een weinig sierlijker te maken, zou ik voorenstellen het kapwerk van de voorzijde zichtbaar te maken: het aanslagberd zou langs de achterzijde genageld worden; het leikapje zou in zelfde trant uitgevoerd worden en langs beide zijden een venstertje aangebracht worden met kleine glazen ruitjes. De mastiek der ruitjes zou wit geschilderd worden.
Thans ontbreekt ook een gevelspits (fr. poinçon de gable) met windvaan (girouette). Dat zijn allen kleine bijzonderheden die het uitzicht van de molen merkelijk verfraaien. Onmiddelijk voeg ik er aan toe dat het geen aanzienlijke verhoging der kosten te weeg brengt.
De thans bestaande regulateur, die buiten de wand van de molen steekt zou dienen langs binnen aangepast te worden.
De kruisplaten die moeten vernieuwd worden, zijn tegenwoordig wat kort in verhouding van gans de molen. Deze met 0,50m verlengen zou een groote verbetering teweg brengen en de molen verstevigen. Het werk blijft hetzelfde, alleen enkele decimeters hout zou in rekening gebracht worden, hetgeen onbeduidend is.
Over de keuze van een molenmaker valt er niet veel te zeggen, ze worden zeer zeldzaam; bij zoover dat er in de provincie West-Vlanderen enkel 2 bekwame stijlmannen te vinden zijn: Robert VandeKerckhove te Ingelmunster en Charles Peel en zonen te Gistel.
Beiden zijn even eerlijk en op de hoogte van hun werk. Misschien is Peel wat trager in het uitvoeren van het werk, doch, ik heb sedert jaren vastgesteld dat, wanneer zij aan een openbare aanbesteding deelnemen, hun aanbod maar weinig verschilt.
Ik heb het bestek van molenmaker R. VandeKerckhove nagezien en aangevuld.
De prijzen stemmen met de werkelijkheid overeen.
Ook heb ik een bestendige bliksemafleider voorzien en hem gerangschikt onder Post 17.
Ik zou aanraden Post 13 af te schaffen; vermindering: fr. 17.802. Het is geen afdoend middel en het hout, wanneer het van goede kwaliteit is, zal veel langer gaaf en gezond blijven wanneer het door wind en zon kan bereikt worden.
Werd in huidig bestek vergeten te vermelden: het vervoer van de twee stalen molenroeden van Ruddervoorde naar Ohain. Ik raad de eigenaar aan te verzaken het zelf te vervoeren. Immers een bijzonder toelating zal dienen te worden aangevraagd aan de Gouverneurs van West-Vlaanderen, van Oost-Vlaanderen en van Brabant om deze stukken, bij afwijking van de wegcode te mogen vervoeren. Bovendien beschikt de eigenaar niet over het speciaal voertuig, buiten de tractor.
Een windmolen in de schilderachtige streek van Ohain, die de vallei van de Lasnes overheerscht, vertegenwoordigt een oprecht sieraad en ik moet WelEdel Graaf de Launoit mijn felicitaties aanbieden voor zijn fraai gebaar deze enige overblijvende windmolen van Waals Brabant te zullen redden.
Ik bedank hem insgelijks omdat hij de heer Raymond Velle zijn beheerder heeft te dienste gesteld, die mij zeer nuttig is geweest om alle inlichtingen te verstrekken.

Gistel, 15 April 1959.

-----------------------

Lettre de Raymond Velle, du 18 mars 1959, adressé au Comte Paul de Launoit, 17-19 Avenue ds Nations, Bruxelles. Avenue des Nations, qui deviendra plus tard l'Avenue F.D. Roosevelt (p. 64)

Ohain le 18/3/1959.

Monsieur le Comte,

L'entrepreneur Van de Kerckhove, Robert d'Ingelmunster est, descendu sur les lieux du moulin à vent BOGAERTS à 10 heures, après l'avoir pris à la descente du train de Courtrai - gare Bruxelles-Midi.
Après avoir visité tant intérieurement, q'extérieurement le moulin, 'ai demandé à l'interessé son estimation personnelle sur la valeur actuelle du moulin et dans l'état où il se trouve présentement. Ce dernier avance le prix de 100 à 125.000 frs (Je n'ai pas communiqué le chiffre d'achat fait par Mr. le Comte).
Van de Keckhove, constate que la carcasse proprement dite du moulin est en bon état de conservation et sans défaut apparant.
Sauf pour les parties suivantes:
- Les 4 faces en planches, recouvrant la carcasse qui sont consommées par manque d'entretien.
- Il en est de même de l'escalier d'accès à double voie de 9 mètres x 2 m. de largeur, et de l'axe motrice extérieure montée des 4 chandelles (ailes)
- Certains poussards et les 4 pieds sur lequel repose le moulin sont également à remplacer.
L'entrepreneur a pris des croquis et mesurages des pièces maîtresses à démonter en vue des transport possibles vers le nouvel emplacement.
Certains assemblages ne peuvent être démontés dans leur entièreté pour ne point enlever la réelle résistance du montage pirmitif. Certains assemblages ont 5 mètres de largeur et un poids de 1500 à 2500 k. Van de Kerkhove, estime le poids total du moulin avec tous ses accessores à plus de 30 tonnes.
La hauteur du moulin prise du sol mesure 31 m.
Le transport sur route devra être demandé aux autorités, et escorté par la gendarmerie.
Pour ce qui concerne les 4 chandelles (ailes de moulin) construites en deux parties égales, et qui ont chacune d'elles 24 mètres de long (voir croquis sur plan) vont devoir êtres acheminées par la route c'est-à-dire de Ruddervoorde-lez-Thourout à Ohain.
Van de Kerkhove m'a promis de me faire parvenir le devis estimatif pour le Ier avril, donnant le mètré tant en bois qu'en cuivre/couverture toiture.
Il escompte pouvoir entamer les travaux préliminaires le 6 avril, en cas d'acceptation du devis.
La durée de la démolition et du marquage des pièces durera 5 semaines, pour le transport, chargement et déchargement au nouvel emplacement.
Pour le remontage et finir le moulin Van de Kerkhove estime que 4 mois lui sont nécessaires (Fin du mois d'aoput).
L'entrepreneur se mettra en rapport avec Mr Ronse pour lui soummettre ses vues dans la reconstruction du moulin, d'ailleurs il ne restaure aucun moulin sans en référer à Mr. Ronse.

(s) Raymond Velle

---------------------

Offre de prix des Ets. Vandamme Frères pour l'aménagement des fondations pour la pose du moulin (p. 65)
Facture de Van Hamme pour les fondations, 12 juin 1962 (p. 74)

VANDAMME FRERES
MACONS - ENTREPRENEURS
61, rue Coleaux - Waterloo
Téléphone Braine-l'Alleud: 54.26.27
Compte Chèques Postaux: 2708.64
Registre du Chambre Nivelles: 1439
Agréée categorie D travaux bâtiments
dans n° 416.

WATERLOO, le 26 mars 1959. / Waterloo, le 12 Juin 1962

Monsieur le Comte de Launoit,
Avenue des Nations,
BRUXELLES

Monsieur,

Comme suite à la demande de Monsieur VELLE, votre regisseur, j'ai l'avantage de vous remettre le prix pour aménagement des fondations nécéssaires à la pose d'un moulin à vent en votre propriété à la ferme d'Argenteuil sous Ohain, qui comprend:

1° Aménagement du matériel nécessaire à l'exécution.

2° Terrassement pour fondations:
1,15 m x 1,64 m x 1,10 m fois 4.

3. Béton pour les fondations composé de 800 litres de gravier et 400 litres de sable rude pour 250 Kgr de ciment, comme armature 24 mcts de ronde de 12 mm, soit:
1,15 m x 1,64 m x 0,61 m fois 4
0,95 m x 1,44 m x 0,52 m fois 4
0,75 m x 1,24 m x 0,50 m fois 4.

4. Maçonnerie en briques pour parement extérieur partie en dessus du sol:
0,10 x 1,44 m x 0,50 m fois 8.
0,10 m x 0,75 m x 0,50 m fois 8.

5. Enlèvement des quatre pierres bleues existant en dessous de moulin à la ferme Bogaerts, Argenteuil-Ohain, qui comprend le transport et la mise en place sur les nouvelles fondation, soit:
0,95 m x 1,44 m x 0,42 m fois 8.
Pour la somme de 20.872 Frs. / 25.046 frs.

II. Prix pour démolition des anciennes fondations et déposer les décombres dans la cour de la ferme, soit:
0,95 x 1,44 m x 1,02 m fois 4
1,15 m x 1,64 m x 0,61 m fois 4

Terrassement nécessaire à ces démolitions.
Boucher les trous après la démolition par de la terre bien damée.

Pour la somme de 4.622,- frs. / 5.546 frs.

                                Met pen: 20872
                                                4622
                                               ------
                                              25494
                                                1530 6%
                                                ------
                                               27024 

La prise à tant d'après la hauteur des anciennes fondations sont pour une hauteur de moyenne 2 m 05, suite à l'emplacement, j'ai du augmenter, pour une hauteur de 2 m 60, supplément  0 m 55
0,55 m x 0,95 m x 1,46 m = 0,763 m³ fois 4 = 3,062 m³ x 1250 frs.             3.820 frs
                                                                                                                -----------
                                                                                                              34.420 frs.
                                                                                              Taxe 6%     2.065 frs
                                                                                                             -------------
                                                                                                             36.485 frs.
Veuillez agréer, Monsieur le Comte, mes sincères salutations.

Offre de prix des Ets. Vanhamme Frères pour aménagement d'un hangar sur les fondations du moulin, à la ferme Bogaerts. 26 mars 1959 (p. 66)

--------------------------

Devis de Robert Vandekerckhove, 27 mars 1959 (p. 67)
Nouveau devis de Robert Vandekerckhove du 28 février 1962 (contresigné par les Frères Peel)(p. 75-77)

ROBERT VANDEKERCKHOVE
MOLENMAKER-MONTEERDER
TELEFOON IZEGEM 965
POSTREKENING 405238
HR. KORTRIJK 11338

Ingelmunster, 27 maart 1959 / 28 février 1962
BRUGGESTRAAT 71 / 73

A Monsieur le Comte de Launoit
à Bruxelles

Monsieur le Comte,
Concerne: Déplacement et Restauration du moulin à vent d'OHAIN

Ci-inclus, je vous remets le devis des travaux à exécuter au moulin à vent, sous rubrique.
Par la présente, je vous assure de pouvoir exécuter les travaux conformément les indications de devis.
Quant aux conditions de paiement, j'ai expliqué ma position financière à Monsieur VELLE, lors de sa visite à moi, dimanche dernier (lors de notre entretien du 26 courant). Je vous présente mes excuses. Sans compte ce m'est impossible d'accepter de nouveau un contrat afin de pouvoir finir les travaux comme convenu, dans l'avantage de tous les deux.
Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Comte, mes salutations distinguées.

(Signé) Vandekerckhove Robert

Molenmaker ROBERT VANDEKERCKHOVE
Bruggestraat, 71 / 73
INGELMUNSTER. (W.Vl.)

INRICHTINGEN PEEL
Mosselstraat, I
GISTEL

DEVIS pour
LE DEMONTAGE et la RESTAURATION d'un MOULIN à VENT situé à OHAIN (Br.), le TRANSPORT DES MATERIAUX du lieu du démontage vers le NOUVEL EMPLACEMENT sur les terrains de Monsieur le Comte DE LAUNOIT.

POSTE   OMSCHRIJVING                                                             HOEV.        EENH. PRIJS     BEDRAG
             SPECIFICATION                                                            QUANTITE   PRIX UNITAIRE MONTANT

Zorgvuldig uiteennemen van de molen, vervoer naar de hoeve, met gebruik van het vervoermateriaal der hoeve,
bergen van de door regen of zon beschadigde delen PR. F.F.              40.000,- / 55.000
Démonter soigneusement le moulin, transport à la ferme en faisant usage de matériel de transport de la ferme, abriter les pièces nécessaires.

2. Leveren, afwerken en plaatsen van twee nieuwe Kruisplaten (2 poutres de soubassement.) PR.F.F.
twee Meesterbanden (poussards extérieures) (4,20 m)
twee Meesterbanden (id.) (4,- m)                                                 
twaalf teerlingblokken (blocs sur 4 pilastres)
vier sleutels (4 serrures)
Klissen
Vier Okselbanden (poussards intérieures) uit oude meesterbanden      54.000,- /  78.000

Over te dragen A REPORTER                                                            94.000,- / 133.000

OVERDRACHT  REPORT                                                                   94.000,- / 133.000

3. Herplaatsen van het ganse geraamte PR. F.F.                                          - /  45.000
Remontage de la carcasse entière

4. Leveren, afwerken en plaatsen van Windpulm en blok in eik  0,525 m³    12.000,- / 9.800

5. Nieuwe Steiger (grand escalier)
met Sleeptred (marche dessous)
twee papen (2 poteaux pour fixage à la queue)
Draagstuk (bloc support)
en het nodige ijzerwerk (ferrures nécessaires). PR. F.F.                                       - / 21.000

6. Balcon:
Balkon, eiken vloer, valdeur, staanders met kop, leuning PR. F.F.                         - / 8.000
Poutres, plancher en chêne, trappe, balustres avec ornement simple, rampe.

7. Keuveleinde, (pignon coté chandelles)
Wolf (poutre supérieure)
twee Smeerstijlen (poteaux à coté de l'axe)
twee Oorboomen
twee Vensterstijlen
Kepers
Bedekking met CANADA-berd en koper 6/10 m/m  9,50 m²                                  -
Bedekking met CANADA-berd en asbest leien 9,50 m²                                            / 15.575
(couvrir de planches CANADA et cuivre rouge 6/10 m/m 9,50m²) 
(couvrir de planches CANDA et ardoises éternit 9,50 m²)

dichtmaken ronde hals (protéger l'axe contre l'eau)

OVER TE DRAGEN    A REPORTER                                                        168.197,- / 232.375

OVERDRACHT   REPORT                                                                     168.197,- / 232.375

8. Voorgevel (pignon devant)
de nodige balken
aanslagberd
twee vensters met glas
Windwijzer                                                                                          7.000,- / 11.485

9. Vloeren op beide zolders, Noors Dennenhout, 4/4
geploegd langs onder bestreken met carboline 33 m²   250,-                   8.250,- / -
Plancher au deux étages, sapin du nord 4/4, peint au carboline côté dessous
Binnentrap (escalier intérieur) PR. F.F.                                                  2.000,- / 11.400

10. De  Molenkap bedekken met CANADA-berd 4/4 en rood koper 6/10 langs 4 zijden geklist, bevestigd met koperen nagels     43,68 m²   1200                                                     52.416,-
De Molenkap bedekken met CANADA-Berd 4/4 en asbestleien 20/10 bruin-groene kleur, bevestigd met koperen nagels 43,68 m²                                                                                  39.950
Le toit du moulin couvrir de planches CANADA 4/4 et cuivre rouge de 6/10 m/m
Le toit du moulin couvrir de planches CANADA 4/4 et ardoises éternit 20/10

11. Aanslagberd LARIXEN 4/4 (houtsoort in 1962 niet vermeld), rabat,
uit een lengte, binnen en buiten bestreken met een bederfwerend product,
staal wordt voorgelegd, de twee zijwanden en de voorwand  100 m²   290           29.000,- / 42.000
Planches de recouvrement en bois mélèze 4/4, rabat, en une longueur,
à l'intérieur, et l'extérieur couvert d'un produit protégant, échantillon sera remis,
2 faces de coté et la face devant (escalier)

12. De windzijde zoals de kap 30 m², 1200                                                        36.000,- / 25.500
Le côté de vent (face au chandelles) couvrir de planches CANADA et du cuivre comme le toit
Le côté du vent (face au chandelles) couvrir de planches CANADA et ardoises éternit
Te vernieuwen 3 liggende (dragende) en 3 staande balken                                   2.740,- / 2.740
A renouveller 3 poutres horizontales et 3 poutres veticales

OVER TE DRAGEN A REPORTER                                                                  305.603,- / 365.550

OVERDRACHT REPORT                                                                               305.603,- / 365.550

13. vier Kappen om de Kruisplaatkoppen te beschemen: de zijkanten bedekt met aanslagberd, de bovenzijde met Canada-berd en koper
Afdekken van de vier kruisplaatkoppen met berd en asbestleien                                     9.702
Riggels          80M            38,40                                                                 3.072,-
Aanslagberd   2M²          290                                                                      6.090,-
Koper            7,2M²    1.200                                                                       8.640,-
4 Cages pour protéger lez nez des poussards et bouts des grands poutres.
Les faces de coté en planchette de couvrement les faces supérieures en planches Canada et du cuivre.
Couvrir des bouts ds 4 grands poutres de planches et ardoises éternit

14. Terugplaatsen van de molenkas, wielen, de maalsteenen met toebehoorten, de Leias, en alle toebehoorten PR. F.F.                                                                              30.000,- / 59.500
Replacer la grande axe, les roues, les meules avec assesoires, le tire-sac en toute l'ouvrage intérieur en tenant tant que possible le cachet antique.

15. Nieuw wiekenkruis, bestaande uit twee stalen roeden, lengte als bestaande, met opsluiting, scheeden in eiken, zomen en windplanken in pitch-pine, behoorlijk geschilderd volgens aan te duiden kleur PR.F.F.  135.000,- / 152.500
4 nouvelles chandelles, complètes avec serrage, traverses en chêne, lattes et planches au vent en pitch-pine, peint convenablement, couleur à convenir.                                                                                    

16. Plaatsen van een bestendige bliksemafleider                                                       - / 8500
Emplacement d'un paratonnnerre

17. Leveren en plaatsen van een nieuwe staart in eik en twee loopschoren               - / 15.500
Nouveau Timon

                                                                                                                            ----------

                                                                                                            488.405,- / 611.252

16/18. Onvoorziene werken                                                                      25.000,- / 50.000
Pour travaux imprévus, dommage qui se montre après le démontage
                                                                                                                           ----------

                                                                                                           513.405,- / 661.252

En ces prix sont compris tous outils, matériel de levage, échafaudage, blocage, etc., ainsi que le transport de ceux-ci.
Le chargement et déchargement du moulin démonté.

A la charge de Monsieur le Comte de Launoit, sont: les frais de logis et de déplacement, la maçonnerie, les travaux de terrassement, le camionnage du moulin démonté avec le materiel de transport de la ferme.
Il met à ma disposition le terrain nécessaire pour l'exécution des travaux et les facilités des bâtiments voisins, tout en tenant compte des nécessités de la ferme.

Paiement par tranches de 100.000,- frs. / 50.000 frs.

En cas ou mon devis serait accepté par Monsieur le Comte de Launois, je demande, pour faire face aux grandes dépenses, un accompte de 100.000,- frs., à verser au moment de l'exécution des travaux.

Les autres tranches suivant l'état des postes de devis exécuté d'un montant de frs. 100.000,- / 50.000,- frs.

JE PEUX COMMENCER LE TRAVAIL 4 JOURS APRES L'ACCEPTATION ET AU PLUS TOT LE 6 AVRIL 1959. / Les travaux auroit fini dans un délai de 9 à 10 mois.

Etabli à Ingelmunster le 17 mars 1959.
Etabli à Ingelmunster le 28 février 1962.

                  GETEKEND
                  De molenmaker VANDEKERCKHOVE R.

                  SIGNE
                  Les frères Peel                R. VAQNDEKERCKHOVE
                  VOOR INR. PEEL
                  (get.) Guido Peel      

-------------------------------

Lettre de Monsieur Alfred Ronse à Raymond Velle (p. 68)

ALFRED RONSE           15 avril 1959.
GHISTELLES

Monsieur Velle,

J'ai l'avantage de vous informer que j'ai eu en cet avant midi un long entretien avec le charpentier de moulins Robert Vandekerckhove à Inghelmunster.
La discussion a porté sur des détails d'importance mais qui n'avaient pas retenu l'attention de l'entrepreneur.
J'ai donc, de commun accord avec lui complété son devis original et défini de manière plus précise les qualités de matériaux à employer ainsi que leur exécution.
En effet, il ne faut pas courrir le risque de devoir procédér à des travaux supplémentaires dès les premières années qui suivent la réédification du moulin.
Je vous adresse ce devis en double exemplaire dont l'un est destiné à Monsieur le Comte et l'autre à votre usage.
Suivant le désir exprimé par Vandekerckhove, j'ai réduit de fr. 100.000 à fr. 50.000 le montant des à comptes.
Les charpentiers de moulins ne disposent pas de capitaux et ils ne sont pas assez développée pour faire appel à l'intervention des banques.
Je crois que dans ces conditions Monsieur le Comte de Launoit ne trouvera pas d'observations à formuler et je suis certain que le choix qu'il a fait en la personne de Robert VandeKerckhove lui donnera pleine satisfaction.
Il reste bien entendu que le propriétaire reste maitre de renoncer à l'exécution d'un quelconque des postes à condition d'en prévenir à temps la soumissionnaire.
Je garde le meilleur souvenir de la journée que j'ai passée à Ohain. Vous avez eu le talent de me faire voir et admirer le superbe domaine d'Argenteuil ainsi que les dépendances comme le Monastère des Religieuses Bénédictines et la Capella Musicale à laquelle notre Reine Elisabeth s'intéresse vivement. Cet édifice répond pleinement à sa destination.
Jee ne manquerai pas de remercier Monsieur le Comte de Launoit qui a accordé toutes ces autorisations et à cet effet, je joins une lettre que je vous pris de voulir lui remttre, ne connaissant pas son adresse.
Encore merci aussi de la part de ma fille Gertrude et croyez Monsieur Velle, à l'assurance de mes sentiments distinguée.
(Get.) Alfred Ronse

-----------------
Courrier du 17 août 1961 de Monsieur Arthur Haulot du Ministère des Communications, Commissarie Général au Tourisme, concernant le Moulin d'Argenteuil (p. 68)

MINISTERE DES COMMUNICATIONS
COMMISSARIAT GENERAL AU TOURISME
AH/LS. - Cabinet du Commissiare Général
N° (à rappeler dans la réponse)

Bruxelles, le 17 août 1961
GARE CENTRALE
Tél.: 13.38.69

Monsieur le Directeur,
Suite au contact que mon inspecteur, M. BUNOT, a eu le plaisir d'avoir avec vous, j'ai appris avec infiniment de satisfaction que vous aviez l'intention de restaurer le moulin à vent d'Argenteuil, dont votre société est propriétaire.
Je tiens à vous exprimer, à cette occasion, toutes mes chaleureuses félicitations et mes remerciements les plus empressés. Vous participez de la sorte à l'oeuvre de défense des biens culturels du pays que nous avons entreprise, et pour laquelle nous avons besoin de tant de concours.
Soyez assuré, Monsieur le Directeur, de mes sentiments distingués.

Le Commissaire général
(Get.) A. HAULOT.

Monsieur LAMBERT,
Directeur de la S.A. COMIL,
4, rue Montoyer,
BRUXELLES

----------------------------

Lettre du Vice-Président du Sénat P. Warnant au Bourgmestre Trachet de Ohain, le 28 août 1961 (p. 69)

SENAT
VICE-PRESIDENCE            Court-St.-Etienne, le 28 août 1961

PW/JK
n° 43.548

Monsieur TRACHET
Bourgmestre de et à
OHAIN

Mon cher Bourgmestre

J'ai appris qu'il y a à Ohain un vieux moulin qui menace de tomber en ruines.
Je me tiens à votre entière disposition pour faire des démarches auprès de l'autorité compétente en vue de faire restaurer ce moulin.
Voulez-vous bien éventuellement m'indiquer auprès de quelle administration il conviendrait que j'intervienne?
Je vous prie de croire, mon cher Bourgmestre, à l'expression de mes sentiments de meilleurs.

P. WARNANT

-------------------

Réponse de Monsieur J. Trachet, Bourgmestre de Ohain, le 29 août 1961, à Monsieur P. Warnant. (p. 69)

29 août 1961

Monsieur le Président,

J'ai l'honneur d'accuser réception de votre lettre PW/JK 43.546 du 28 août qui a eu ma meilleure attention.
Il existe, en effet, à Ohain un vieux moulin en mauvais état. Ce moulin appartient au Comte de Launoit et je sais que depuis longtemps déjà, il est en pourparlers pour l'achat de parcelles de terrain se trouvant autour de moulin; parcelles qui lui seraient indispensables pour procédér à la remise en état totale de ce moulin.
L'intention du Comte de Launoit de remettre ce monument historique en parfait état est évidente.
Je vous remercie vivement de l'offre que vous avez faite d'intervenir auprès de Autorités compétentes et je vous pris de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de ma considération très distinguée.

Le Bourgmestre,
J. TRACHET 

Monsieur P. WARNANT,
Vice-Président au Sénat,
COURT-ST-ETIENNE

-------------------------

Lettre du 12 septembre 1961 de Monsieur J. Trachet, Bourgmestre de Commune de Ohain, à Monsieur Raymond Velle (p. 70)

COMMUNE DE OHAIN
PROVINCE DE BRABANT ARRONDISSEMENT DE NIVELLES

LE BOURGMESTRE

OHAIN, le 12 septembre 1961.

Cher Monsieur Velle,

Comme promis hier, je m'empresse de vous faire parvenir, ci-inclus, photocopie de la lettre qui m'a été adressée, en date du 28 août, par Monseiur le Sénateur Warnant, Vice-Président au Sénat, ainsi que photocopie de ma réponse.
Il s'agissait, vous voudrez vous en rappeler, de la question du moulin appartenant au Comte de Launoit.
Je vous en souhaite bonne réception et vous pris de croire, cher Monsieur Velle, à l'assurance de mes sentiments distingués.

Le Bourgmestre,
(get.) J. TRACHET

----------------------------

Lettre de Raymond Velle, du 26 février 1962, au Comte Paul de Launoit (p. 70)

Le 26/2/1962

Monsieur le Comte,

Ce jour, les entrepreneurs PEEL, frères de Ghistelles, et VANDENBOSSCHE, de Ingelmunster, tous trois associés, dans la restauration des moulins à vent, sont descendus sur les lieux du moulin.
Leurs première visite date de 15 avril 1959, époque à laquelle ils ont remis prix pour la restauration.
Ce jour les précités me rapportent:
Au cas où Monsieur le Comte désiderait de ne pas restaurer le moulin à vent d'Argenteuil nous sommes disposés d'acquérir le dit moulin pour la somme de CENT MILLE frs.
Nous sommes sollicités par une famille Américaine du département de Minniapolis-St. Paul de rechercher un moulin à vent et de restaurer en Amérique. Susdite famille est d'origine Hollandaise. Nous sommes également sollicités par Mr. Piron et sa famille, agent de change, demeurant à Bruxelles, Avenue W. Churchill.
Lors de l'acquisition faite par Monsieur le Comte le 7/3/1959 au meunier Bogaerts le prix d'achat a été de 75.000 frs.
Les entrepreneurs précités m'ont promis de remettre pour mardi un nouveau devis concernant le démontage et la restauration du moulin en un autre lieu.

Très respectueusement dévoué.

---------------
Lettre du 28 février 1962 des "Inrichtingen Peel" de Ingelmunster, concernant les frais de déplacement des corps de métier de Flandre vers le Brabant Wallon. Lettre adressée au Comte de Launoit, à Bruxelles (p. 71).

Molenbouw
Maalderijinstallaties
Metaal & Hout
Konstruktiewerkhuis

Inrichtingen PEEL
WERKTUIGKUNDIGEN

H.R. Oostende 3847 - 21798 - 21798
Postrekening 107049
Kredietbank 229-851
Telefoon Oostende 2827

GISTEL (geschrapt: Ingelmunster), de 28 februari 1962
Mosselstraat, 1

A Monsieur Le Comte de Launoit à Bruxelles

Betreft: Verplaatsingsonkosten

In de bepalingen van het bestek staat vermeld dat de verplaatsingsonkosten der personen van Gistel en Ingelmunster naar Ohain en terug gedurende de uitvoering der werken ten laste vallen van Graaf de Launoit.
Wij stellen hierbij voor de regeling der verplaatsingskosten te doen in volgende zin:
De reisonkosten per spoor (2 van Ingelmunster-Waterloo) en 2 van Gistel naar Waterloo kunnen worden geschat op +/_ 1000 fr. Hierbij dient aangestipt te worden dat wij alsdan nog dienen afgehaald en teruggebracht te worden van Waterloo-Station naar de molen te Ohain.
Zodoende stellen we voor om de verplaatsingen heen en terug te ondernemen per auto en dit aan dezelfde prijs als hierboven vermeld zijnde - 1000 fr. per reis.
Het brengt met zich dat noch U, noch wij gehouden zijn aan een vast uurrooster, en aldus alle afspraken overbodig worden.
Deze regeling zou kunnen geschieden in perioden van bijvoorbeeld één maand, of per verplaatsing
VOOR INR. PEEEL
(get.) Guido Peel (get.) R. Vandekerckhove

--------------------

Lettre du 3 mars 1962, de Raymond Velle, au Comte Paul de Launoit, à Bruxelles (p. 72)

Le 3/3/62
Veuillez trouver en annexe le second devis établi par les entrepreneurs PEEL frères, et son associé Van de Kerchove respectivement résident à Ghistelles et Ingelmunster, suite à la visite par les lieux le lundi 26 février écoulé, au moulin à vent d'Ohain.
En tout premier lieu il y a lieu de tenir compte sur les dégâts par suite des intémpéries de l'air depuis 3 ans se sont agravés et que le main d'ouvre depuis 1959 a augmenté d'environ 20% principalement dans les corps de métiers - charpentiers et maçons -

Ci dessous les différents points a retenir de ce devis pour le démontage et la restauration en un autre lieu du moulin à vent dénommé "Moulin d'Argenteuil à Ohain".

I°- En cas d'acceptation du devis par Monsieur le Comte les travaux seraient entrepris dès le mois d'avril prochain, travaux qui dureraient de 9 à 10 mois.

2° - De l'accord éventuel de Monsieur le Comte, il résulterait que l'Administration communale de Woluwé Saint Lambert serait écartée a plus tard pour la remise en état d'un vieux moulin à vent acquis à Arcq-Ainière, lez Ath, étant donné disent les entrepreneurs les payements seront plus aisée a obtenir de Monsieur le Comte que de l'Administration communale de Woluwé St. Lambert qui elle doit exécutés les travaux avec des subsides de l'Etat et Province, difficile a décrocher.

3° L'estimation du devis de 1962, est de l'ordre avec le taxe de 6% compris d'un montant de ... 700.927 frs
contre ce-lui de 1959 qui était de l'ordre taxe de 6% compris de 567.332 frs., d'où entre les 2 devis un écart de 3 ans de 133.595 frs.

4°- Le devis de Mr. Van Hamme de 1962 contre celui de 1959 s'est également vu augmenté il est de l'ordre de avec le taxe de 6% compris, d'un montant de 30.592 frs
(ceci concerne la démolition des fondations existantes et la construction des 4 fondations socles pour recevoir les semelles du moulin à vent)

5°- Frais de logements-nourritures (5 repas par jour x 5 hommes) à 200 frs par jour x 5 ... 1.000 frs 20 jours ouvrables par mois 1.000 frs. x 20=2000 frs 10 mois délai demandé par les entrepreneurs ... 200.000 frs

6°- Frais de transport Ch. de fer chaque Week-end Waterloo-Ostende avec autobus aller et retour 200 frs. x 5 hommes soit 1.00 frs x 50 week-end 40.000 frs

Totale 971.519 frs.
Très respectueusement dévoué.
(get.) Raymond Velle

(Bijschrift met pen in de marge)
Mr. le comte a accordé avec écrit signé
terminé pour fin décembre 1962.
(Bijschrift met pen onderin)
Les entrepreneurs guarrantissent que la restauration au complet à un moulin à vent, tel que le moulin d'Argenteuil, aura une durée de conservation de 100 ans, surtout que le moulin n'est pas appelé à fonctionner. 

-------------

Lettre du 4 mars 1962, de Raymond Velle aux entrepreneurs, Robert Vandekerckhove et Frères Peel (p. 72)

VELLE Raymond
Régisseur
45 Chaussée de Bruxelles
HOEILAERT
Le 4 mars 1962
Messieurs les Entrepreneurs

VANDEKERCHOVE Robert, rue de Bruges 73, Ingelmunster
PEEl, frères, rue aux Moules n° 1 à Ghistelles

Messieurs,

Suite aux instructions reçues de Monsieur le Comte Paul de Launoit, propriétaire, du moulin à vent d'Argenteuil sous Ohain.
J'ai l'honneur de porter à votre connaissance, que par la présente je vous passe commande ferme pour le démontage total et la restauration complète du moulin, à vent d'Argenteuil à Ohain.
Tout le style ancien sera respecté, tant à l'interieur qu'à l'extérieur et prêt à être mis en mouvement; conformément aux conditions et prix cité dans votre devis du 28 février ecoulé; sauf pour ce qui concerne la fin des travaux fixé de 9 à 10 mois.
Le Propriétaire, Monsieur le Comte Paul de Launoit fixe le fin des travaux au 25 décembre 1962, comme il émets son premier tranche de 100.000 frs CENT MILLE frs en compte sur les travaux dès la première semaine d'exécution et de la mise en place des matériaux et matériel avec outils.
Dans l'espoir d'obtenir votre accord a ce qui précède, veuillez agréer Messieurs les Entrepreneurs, l'expression de nos salutations très distinguées.

(Get.) (Le Régisseur Velle)
pour accord R. Vandekerkhove
pour accord Herman Peel
Pour accord Guido Peel

Bijschrift met pen in de marge:
Le dimanche 4/3/62, lors de la rencontre les entrepreneurs sont d'accord, que les frais de de déplacement par week-end, sera sommé à la moitié savoir 500 fr. cinq cent par voyage aller et retour.

--------------------------------------

Lettre du 6 mars 1962, de Raymond Velle au Comte Paul de Launoit (p. 73)

Le 6/3/62

Monsieur le Comte,

Lors de mon déplacement à Ingelmunster et Ghistelles, le dimanche 5 écoulé, à l'effet d'y rencontrer les entrepreneurs entamer les travaux au plutôt, suivent le dévis accepté par Monsieur le Comte le samedi 3/3/62.
Avant la signature de l'accord sur le devis, j'ai fait remarquer que les frais de voyage de chaque Week-end pour 5 hommes à 200 frs soit 1.000 frs par semaine était exagéré, que je ne contestait pas les frais de Ch. de fer Braine-l'Alleud à Ostende aller et retour plus les autobus; mais comme les déplacements se faisaient pour les 5 hommes avec une voiture automobile, il n'y avoit pas lieu de chiffrer un tel prix. Les entrepreneurs ont donné leur accord ainsi qu'en leur de compter 1.000 frs per Week-End le chiffre de 500 frs serait payé et d'où un bénéfice de 20.000 frs. (40 week-end à 1.0 fr  = 40.000 frs)
Par après, j'ai étudié sur place à Ohain la question logements et nourritures des 5 hommes à la pension "Auberge d'Ohain" (5 repas par jour). Le prix demandé par l'aubergiste est de 240 frs par jour et par unité soit 1.200 frs par jour.
Ici encore j'ai examiné la question, en interpellant la mère du garde Jérôme, qui occupe une maison de C.O.M.I.L. a un loyer raissonable (500 frs par mois) et étant seule comme veuve je lui ai demandé et elle consentitait à nourrir et loger 5 hommes, La mère de Jérôme a accepté. Toutefois la question literie manque par 2 lits a une personne.
Puis-je soustraire momentanément les 2 lits en question de l'immeuble de la chaussée de Louvain?
Très respectueusement dévoué
(get.) Raymond Velle
(Onderin in pen)
Samedi 10/3 Mr le Comte prescrit
achat 2 lits à 1 personne
avec literie

------------------------------------
Note du Comte Paul de Launoit, du 15 mars 1962, à Monsieur Raymond Velle, Régisseur.
Avec signatures des parties concernées, le 17 mars 1962, pour exécution (p. 73)

Bruxelles le 15 mars 1962
19, Avenue Franklin Roosevelt

NOTE pour Monsieur VELLE Régisseur
Dès le commencement des travaux de restauration du moulin à vent, à la ferme d'Argenteuil, j'interdis strictement l'accès aux abords immédiate du chantier, déclinant au surplus, toutes responsabilités en cas d'accidents qui pourraient survenir tant au personnel employé, qu'aux enfants et personnes étrangères.
Sauf autorisation écrite à ma part, personne n'est autorisé à visiter le chantier ou le moulin restauré.
Pendant les travaux de restauration, après chaque fin de journée ainsi que pendant la durée des week-end, la barrière volante à l'entrée de la ferme sera tenue fermée; il en sera de même la fin des travaux.
Au cours de la semaine et pendant les week-end, un gardiennat sera assuré; vous établirez à cette fin un tableau de roulement dont feront partie les membres du personnel résident dans les dépendances de la ferme d'Argenteuil, savoir:
Van Achter, Robert, chef de culture;
Merckx Jérôme, garde de chasse;
Van den Berghe, Frans, vacher;
Arcq, Daniel, ouvrier au Domaine.
Pour faciliter la garde de chacun, vous ferez placer des écriteaux dans les deux langues nationales.
Vous voudrez bien donner lecture de la présente aux intéressés qui signeront avoir eu connaissance des instructions qui précèdent et sur lesquelles j'insiste tout particulièrement.

Par exécution (get.) Paul de Launoit
Pris connaissance le samedi 17/3/62
(get.) Van Achter
Merckx
Vandenberghe
Arcq Daniel

(Bovenin, met pen)
Le samedi 17/3/62
J'ai sollicité au Bourgmestre de la commune d'Ohain le placement à l'entreé de la rue du Coq un écriteau ou plaque signalant sauf pour la circulation locale.

----------------------

Note de Maxime Van de Woestyne, du 15 juin 1962, à Monsieur Raymond Velle, Régisseur, proposant de faire le reportage photographique des différentes étapes de réédification du Moulin. Le Comte donne son accord le 16 juin 1962 (signé Velle).(p. 74)

Note pour Monsieur VELLE
1° Suite à votre demande, je suis disposé à faire des photographies des différentes étapes de montage de moulin à vent situé à Argenteuil-Ohain
2°. Un de mes amis, Maitre Sylvain CATTIER, est disposé si toutefois vous trouvez l'idée intéressante, à faire un film 8 m/m en couleur de ces mêmes opérations.
(get.) Maxime van de Woestyne
Argenteuil le 18 juin 1962
(onderin, met pen)
Mr le Comte donne son accord lors du rapport du samedi 16/6/62 (get.) Velle

----------------------------------

Note du 11 septembre 1962, de Raymond Velle au Comte Paul de Launoit (concernant la girouette)(p. 75)

Le 11/9/62

Monsieur le Comte,
Suite aux instructions de Monsieur le Comte, j'ai fait peinturer en email noir l'écuson faisant fonctionner la girouette (direction vent) du moulin.
Le fond bleu, et l'argenture de la couronne ont ainsi été masqués.
L'équerre, les deux toiles et les 9 boules de la couronne, qui ont été cisaillées dans la tôle de trois mm restent apparentes.
Très respectueusement dévoué.
(get.) Raymond Velle

-------------------

Lettre de remerciements des entrepreneurs Guido Peel, Herman Peel et Robert Vandekerkhove, adressée au Comte Paul de Launoit, le 29 octobre 1962 (p. 77).

Bedankingsbrief van Robert Vandekerckhove (Ingelmunster) en de Gebroeders Peel (Gistel) aan Graaf P. de Launoit, 19 Franklin Rooseveltlaan, Brussel, Ingelmunster en Gistel, 29.10.1962.

Vandekerckhove Robert
Ingelmunster
Gebroeders Peel
Ghistel

Ingelmunster en Ghistel 29/10/62
Heer Graaf P. de Launoit
19 Franklin Rooseveltlaan
Brussel

Mijnheer de Graaf,

Wij aanzien het als onze plicht, na onze werkzaamheden aan de windmolen te Argenteuil U onze oprechte dank te betuigen voor het vertrouwen in ons gesteld.
Het zij ons toegestaan U er op te wijzen dat wij gedurende de ganse periode des werken hebben kunnen rekenen op de volledige toewijding van Uw rentmeester, de heer VELLE. Niet eenmaal hebben we tevergeefs op hem beroep gedaan als wanneer het de vooruitgang van het werk kon ten goede komen. Wij durven U dan ook te vragen Hem onze welgemeende dank te betuigen voor zijn zeer gewaardeerde medewerking.
Ook het ganse personeel van de modelhove mede van het Domein heeft zich zonder uitzondering, waar dit nodig bleek, ons zijn sympathie en dienstbaarheid betoond. Inzonder willen we mevrouw MERCKX vermelden voor wie geen moeite te groot was ons een aangenaam verblijf te bezorgen. Uitzonderlijk was ook de zeer vlotte zakelijke afhandeling.
Wij van onze kant hebben zoveel als mogelijk betracht de werkzaamheden van de windmolen tot een goed einde te brengen, vooral wat betreft het bewaren van de oude en klassieke stijl; en hopen daarin geslaagd te zijn.
Wie zijn vol lof over ons verblijf te Argenteuil en zullen er steeds een aangename herinnering aan bewaren.
Aanvaard, inmiddels Mijnheer de Graaf, onze gevoelens van oprechte hoogachting.
(Get) Guido PEEL--Herman PEEL--Robert VANDEKERKHOVE

Archives - Documents divers (p. 78-

Le difficile réveil (1945-1956) (p. 78)

Pour la Reine Elisabeth et pour Paul de Launoit, l'épreuve était très dure. Une des plus nobles idées jamais rélisées pour l'enseignement musical avait donc été aux mains d'un escroc. La déception était aussi cruelle pour tous les artistes qui, sans arrière-pensée aucune, avaient apporté leur collaboration à la bonne marche de la Chapelle et de ses concerts. Pour les professeurs aussi, mis en congé, la meurtrissure est lourde. D'autant que l'on découvre sans trop de surprise que François Broos, altiste sans égal mais piètre caractère, à intensément collaboré avec l'ennemi. Seul restait maintenant, sans un bâtiment mélancolique, le dévoué secrétaire Maxime van de Woestyne, qui profite de l'isolement de la Chapelle pour aider très efficacement la résistance, ainsi qu'il le faisait depuis le début de la guerre, grâce à son émetteur-radio et à ses relations avec la gendarmerie.
Extrait: "La Chapelle Musicale Reine Elisabeth", par Michel Stockhem, 1993 page 63.

Collection voltairienne du Comte de Launoit (p. 79).
Donation faite en 1954, à la Bibliothèque Royale de Belgique Albert Ier, à Bruxelles, à l'occasion du XXe anniversaire de la mort du Roi Albert Ier, et constituant le "Fonds de Launoit", conservé à la Bibliothèque Albertine, à Bruxelles, dans la "Réserve Précieux".
Introduction du Catalogue "sur Voltaire" intitulé "Collection Voltairienne du Comte de Launoit", édité à l'occasion d'un colloque élaboré entre l'ULB (Université Libre de Bruxelles) et la VUB (Vrije Universiteit Brussel), le 30 mai 1978, commémorant le bicentenaire de la morte de Voltaire.

Photo. Le Comte Paul de Launoit et Monsieur Raymond Velle. Photo prise le 30 janvier 1968, dans le bureau privé du Comte, 17-19, Avenue F.D. Roosevelt - 1000 Bruxelles (p. 80)

ATTESTATION (p. 81)
ROYAUME DE BELGIQUE
Le Ministère de la Défense à l'honneur de faire savoir
que les distinctions honorifiques reprises ci-après ont été décernées,
à Monsieur VELLE Raymond-Edmond:
- La Décoration Militaire de 2ème classe;
- La décoration Militaire de Ière classe;
- La Médaille d'Or de l'Ordre de Léopold II, Arrêté du Prince Régent N° 2700 du 21 juillet 1946;
- La Médaille Commémorative de la Guerre 1940-1945 avec deux sabres croisés, 1 août 1946;
- La Médaille Commémorative du Règne de Sa Majesté Albert I, Arrêté Royal N° 9819 du 19 février 1964.

Bruxelles, le 22 novembre 2011.

Pour le Ministre de la Défense,
Le Chef de la Sous-section Notariat

(get). Pascal CATHERINE
         Major
Source: Ministère de la Défence.

Monsieur Raymond Velle (photo, p. 83)
Chevalier de l'Ordre de Leopold II, par A.R. du 21 mars 1964.
(paru dans le Moniteur Belge du 21 mai 1964)

MONITEUR BELGE - BELGISCH STAATSBLAD, 21 mai 1964, p. 5688 (p. 82)
Chevaliers de l'Ordre de Léopold II / Ridder in de Orde van Leopold II
MM.: / De heren: Velle, Raymond Edmond, régisseur de domaines, à Hoeilaert / domein-beheerder, te Hoeilaart.
Ils prennent rang dans l'Ordre à dater du 15 novembre 1963. / Zij zullen van 15 november 1963 af de rang in de Orde innemen.

Aéodrome de Melsbroeck - Août 1935 (photo, p. 84)
Retour de Suède du Roi Léopold III et la Reine Astrid, peu de temps avant le décès de la Reine Astrid, à Küssnacht, en Suisse. Nous reconnaissans Raymond Velle, au centre près du pilote.

Articles de presse (p. 85-
P.B., "Dans le Brabant Wallon. Le moulin d'Argenteuil a été restauré", Le Soir, 19 juin 1963 (p. 85)

Extrait de la "Revue van de Rijkswacht / "Revue de la Gendarmerie", Driemaandelijks tijdschrift - Nr. 14, juli 1964 (p. 86)
Une décoration peu commune chez les gendarmes.
Een niet alledaagse onderscheiding
Dat we bij rijksachters of gewezen rijkswachters zeer verscheiden talenten kunnen vinden, wisten we. We wisten ook dat de echte gendarme zich gemakkelijk aan een nnieuwe taak aanpast omdat hij er steeds dezelfde ijver, hetzelfde hoge beroepsgeweten voor betoont.
We waren dan ook niet verrast toen we ingelicht werden dat een van onze gewezen rijkswachters, zopas een vleiende onderscheiding was te beurt gevallen en wel in een domein waartoe ons beroep ons niet voorbereidt. Op voorstel van de Minister van Landbouw heeft Zijne Majesteit de Koning inderdaad aan gepensionneerd adjudant Velle het Kruis van Ridder in de Orde van Leopold II verleend, voor uitzonderlijke diensten aan de landbouw bewezen.
Alhoewel adjudant Velle onze rangen nu reeds een twintigtal jaren geleden verliet, is het spoor van zijn verblijf in de Rijkswacht nog niet uitgewist. Voor de oorlog had hij de leiding van de belangrijke Opsoringsbrigade van Brussel. Herinneren we onze lezers er aan dat alsdan slechts drie opsporingsbrigades bestonden: Brussel, Antwerpen en Oostende. Aldus heeft deze keuronderofficier de gelegenheid gehad talrijke kandidaat-officieren met zijn werk vertrouwd te maken en het commando voordeel te laten trekken uit zijn jarenlange ondervinding. Het is niet overdreven te beweren dat het deze ondervinding is die als basis heeft gediend voor de oprichting van de Bewakings- en Opsoringsbrigades. Het is vrijwel overbodig te herhalen dat deze zoon van een rijkswachter, tijdens de oorlogsjaren tot de gewapende weerstand behoorde. Hij bekleedt voor het ogenblik de functie van beheerder bij Graaf Paul de Launoit.
De "Revue van de Rijkswacht" is verheugd aan adjudant Velle, op pensioen, haar hartelijke gelukwensen te kunnen aanbieden voor de nieuwe onderscheding die zijn bekwaanheid ten volle in het daglicht stelt.

Pierre Effinier, "Le comte de Launoit quitte la Brufina", Le Soir, 24 mars 1972. (p. 87)
Des liens plus étroits pourraient se dessiner entre le deuxième holding belge et le groupe Lambert
Au cours de l'assemblée de la Brufina, assemblée ordinaire qui s'est tenue statutairement ce jeudi à Bruxelles, au 2, rue de la Régence, le comte Paul de Launoit, président du conseil d'administration, a annoncé sa décision de mettre à la disposition de l'assemblée son mandat d'administrateur et, par conséquent, de quitter la présidence de la Brufina.
La Brufina est, comme on sait, le holding du deuxième groupe financier belge qui est d'ailleurs, en même temps, le deuxième groupe bancaire du pays, avec la Banque de Bruxelles. Le premier groupe étant la Société Générale de Belgique, avec la Société Générale de Banque.
La participation la plus importante de la Brufina est précisément la participation bancaire dans la Banque de Bruxelles, avec quelque 7% du capital, aux dernières nouvelles. Participation relativement peu impotante, dirait-on, mais qui suffit à assurer, semble-t-il, un certain contrôle de la Banque de Bruxelles, le reste du capital de cet établissement étant disséminé dans les mains d'une foule de petits porteurs. On considère, dans les milieux financiers, que la Banque de Bruxelles est le "fleuron" de la Brufina.
La Brufina a cependant de nombreux intérêts dans d'autres secteurs de la vie économique, assurances, immobilier, électricté, sidérugie, verreries.
Ces dernières années, le quatrième groupe financier du pays, le groupe Lambert a pris une participation, par le jeu d'achats en bourse, dans le capital de la Brufina. On pense qu'à l'heure actuelle, la Banque Lambert possède au moins 200.000 Brufina sur les 1.600.000 qui composent le capital. Suite à quoi, le baron Léon Lambert, président du groupe du même nom, est entré au conseil d'administration de la Brufina.
Le groupe Lambert patronne la Banque Lambert, la Brufina, la Banque de Bruxelles. La Banque Lambert est considérée comme une banque d'affaires, la Banque de Bruxelles comme une banque de dépôt, à guichets nombreux dans le pays. Rien d'étonnant si, ces dernières années, comme nous l'avons rapporté, l'entrée des intérêts Lambert, dans la Brufina, a été considerée comme le prélude à une association complémentaire entre les deux banques. Reste que cela poserait certainemnet des problèmes considérables, et pas seulement jurdiques.
La Commission bancaire, avec laquelle les grandes banques belges ont souscrit à un protocole (confidentiel) en raison du caractère de service, public desdits organismes, devrait donner son accord à une telle opération. Mais on n"'en est pas là, semble-t-il.
Le retrait d'un très gros adminstrateur appartenant de tout temps à la Brufina, l'entrée récente de nouveaux membres au conseil d'administration, est-ce un pas de plus vers une alliance entre les deux établissements bancaires? Rien ne permet de le dire à l'heure actuelle.
On a cependant remarqué, lors de l'assemblée qui s'est tenue à la Brufina ce jeudi matin, le fait que le baron Léon Lambert, a pris la parole immédiatement après le vice-président, quand il s'est agi de prendre acte du retrait du comte de Launoit.
Suivant certaines sources informées, un certain rapprochement plus net entre le groupe Lambert et le groupe de la Brufina ne se ferait pas à l'échelle des banques, mais simplemnt des holdings. On considère, dans ces milieux, que la Commission bancaire ne verrait pas d'un bon oeil un rapprochement entre deux banques privées aussi puissantes que la Banque de Bruxelles et la Banque Lambert.

Extrait: "Le Soir", 24 mars 1972 - (Suite de l'article: "Le Comte de Launoit quitte la Brufina") (p. 88)
"L'assemblée de la Brufina"
Deux allocutions ont retenu l'attention lors de l'assemblée de la Brufina. Nous en détanchons quelques passages.
Le vice-président, M. Closon, a dit: '.. Il y a 35 ans que le comte de Launoit a été appelé à la présidence de notre société. C'était en 1937. Le climat politique et social était difficle, les perspectives économiques peu encourageantes, l'horizon internationale menaçant. Quant à notre société, elle se trouvait encore hypothéquée par les séquelles de la grande crise et par le choc de la scission bancaire. On ne pourrait donc prétendre que l'homme qui, depuis 1930, s'était attaché à restaurer la société d'Ougrée-Marihaye, qui, en 1934, avait fondé la Cofinindus, a choisi la voie de la facilité lorsque cédant aux pressions dont il était l'objet, il accepta, non seulemnet de mettre des moyens nouveaux à la disposition de la Brufina, mais aussi d'y engager sa personne...
... Les 35 années sur lesquelles s'est étalée la présidence du comte de Launoit furent 35 années de lutte incessante: d'abord pour restaurer et consolider la situation de la société, pour surmonter les crises successives auxquelles il fallut faire face, ensuite pour adapter nos sociétés aux transformations de l'économie, sans oublier le tragique hiatus de la guerre durant lequel le comte de Launoit assuma des responsabilités et pris des riques immenses auprès de ce grand patriote que fut Alexandre Galopin.
Quant au baron Léon Lambert, il a déclaré:
... Permettez-moi d'ajouter quelques mots à ceux de M. Closon, qui a si bien dit les sentiments qui nous eniment tous à l'égard du comte de Launoit. Si je le fais, c'est en tant que représentant d'un groupe d'actionnaires qui venu le rejoindre tout récemment pour seconder les entreprises qu'il mène avec tant d'autorité, depuis tant d'années.

Le Moulin d'Argenteuil à Lasne-Ohain. (p. 89)
Couverture du bimestriel N° 1, Février 1985 "Brabant tourisme".
Edité par Le Commissariat Général au Tourisme, à Bruxelles.
Commissaire Général, Arthur Haulot
"Le pittoresque moulin d'Argenteuil (Ohain). Son histoire fut assez agitée. Construit initialement (1795) dans les environs d'Enghien, il fut remonté à Ohain en 1821 où il voisina la curieuse Eglise de fer aujourd'hui démolie. Hors usage en 1951, il menaçait ruine dans les années 60. Il fut alors démonté, restauré et reconstruit à l'entrée de la ferme modèle d'Argenteuil. C'est le dernier moulin en bois subsistant en Brabant wallon (Photo: P.-F. Merckx)"

Iconographie (p. 90)
Le Moulin d'Argenteuil fin des années 1990, possède encore les deux balconnets, dans le baut de l'escalier (balconnets aujourd'hui disparus). Pour rappel, les balconnets étaient clairement visibles sur l'un des deux tableaux du peinte Edmond Duchêne, en 1962. En gros plan, on peut également voir l'axe principal du moulin, porteur des quatre ailes.

Reportage photographique du Moulin d'Argentuil en 2009 (p. 91-99)
Reportage photographique, realisé en 2009 par Bertrand Ninove, en vue de la réalisation de la gravure sur cuivre intitulée "Le Moulin d'Argenteuil", à Lasne-Ohain (en hors-texte, page 4).
Matthieu Ninove, devant le Moulin d'Argenteuil en 2009. (Matthieu est l'arrière petit-fils de Raymond Velle)(p. 95)
En 2009, les balconnets ont disparu. (p. 97)
Vue de la base du Moulin avec la plaque commémorative de "Anno 1767 - Restauration 1962" (p. 98)
Girouette du Moulin d'Argenteuil. Blason du Comte Paul de Launoit (p. 90)

BIBLIOGRAPHIE

Cultureel Jaarboek voor de Provincie Oost-Vlaanderen 1961. Vijftiende jaargang, Gent, 1962.
Uitgegeven door de Commissie voor Culturele Aangelegenheden.
Inventairs van de Wind- en Watermolens van de Provincie Oost-Vlaanderen (naar gegevens van het Kadaster).

Revue de la Gendarmerie, N° 14, juillet 1964 éditée par la Gendarmerie n ationanle, Bruxelles.

La Chapelle Musicale Reine Elisabeth par Michel STOCKHEM Editions Duculot, 1993.

Voltaire
Catologue "VOLTAIRE" de l'expoisiton organisée, du 17 juin au 19 août 1978, à l'occasion du bicentennaire de la mort de Voltaire (30 mai 1778) et publié par la Bibliothèque Royale Albert Ier, à Bruxelles. Catalogue basé sur la Donation du Comte de Launoit (en 1954) faite à la Bibliohèque Royale Albert Ier, et qui constitue le "Fonds de Launoit" conservé à la Reserve Précieuse de la Bibliothèque Royale Albert Ier, à Bruxelles

Catalogue "Librarium"
Espace 'exposition de li'Histoire du Livre et de l'Ecrit,
Bibliothèque Royale de Belgique,
4? BOulevart d de l'Epereur,

1000 Bruxelles.

- Le Mythe d'Argenteuil, Demeure d'un couple royal
Par Michel Verwilghen,
Editions Racine.
Aché d'imprimer, le 29 mai 2006,
sur les presses de l'imprmerie Lannoo à Tielt.

Sources d'information

- Archives Générales du Royame & Achives de l'Etat
2, Rue de Ruysbroeck,
1000 Bruxelles.

- Archives Générales du Royaume &
Archives de l'Etat dans les Provinces,
Archives de l'Etat à Louvain-la-Neuve,
16, Rue Paulin Ladeuze,
1348 Louvain-la-Neuve.

Bibliothèque Royale de Belgique ALbert Ier
Bibliothèque et Archives de l'Académie Royale de Belgique, Palais des Académies, Anciennnes Ecuries royales,
1, Rue Ducale, 1200 Bruxelles

Gemeentebestuur van Hoeilaart, Dienst Cultuur en Toerisme,
c/o Carine Van Binnebeek, Jan van Ruusbroecpark, 1560 Hoeilaart

Monsieur Xavier Botterman,
Attaché, S.P.E. Economie, P.M.E., Classes Moyennes et Energie,
et Ministère des Affaires Etrangères (Ordres nationaux),
c/o City Atrium C,
50, Rue du Progrès, 1210 Bruxelles

Ministère de la Défense Nationale, Major Mascal Cahtérine,
Chef de la Section Notariat, Directiron Générale Human Ressources,
Quartier Reine Astrid,
Rue de Bruyn, 1120 Bruxelles

REMERCIEMANTS

Je tiens à remercier particulièrment ma fille Danielle et son mary le Docteur Bertrand Ninove pour l'intérêt qu'ils ont manifesté à l'élaboration du présent ouvrage "Le Moulin d'Argenteuil... ou l'Itinéraire d'un Moulin-voyageur".

Un merci tout particulier à mon gendre Bertrand qui, en 2010, eut la délicate attention de m'offrir une gravure du "Moulin d'Argenteuil", qu'il avait personnellement gravée, et dont une reproduction figuré dans le présent ouvrage.

J'adresse également mes vifs remerciemnets à Madame Myriam Georis, du Service de recherches aux Archives Générales du Royaume, 2 rue de Ruysbroeck, à Bruxelles et à présent déléguée aux Archives de l'Etat de la Province du Brabant Wallon à Louvain-la-Neuve, ainsi qu'à sa collegue, Madame Catherine Henin.

Mes remerciements particuliers vont à Monseiur Xavier Botterman, Attaché, SPF Economie, PME, Classe moyennes et Energie, qui après de laborieuses rechersches auprès du Ministère des Affaires Etrangères, Ordre Nationaux, est parvenu à retrouver la trace, dans les archives nationales, des différentes distinctions et décorations civiles et militaires octroyées à feu Raymond Velle, en l'occurence, à titre civil, la nomination de mon père au grade de Chevalier de l'Ordre de Léopold II, (AR du 21/03/1964), et l'octroi de la Médaille d'or de Léopold II (Arrêté du Prince Régent du 21/07/1946), en tant que distinction militaire.

J'adresse aussi mes remerciements au Major Pascal Catherine, du Ministère de la Défense Nationale, qui m'a fait parvenir la liste des distinctions honorifiques militaires de feu mon père Raymond Velle.

J'adresse enfin mes remericements à Béatrice Denuit de l'Académie royale de Belgique, ex-collègue lors de mon bénévolat dans la dite acédémie auprès du Baron Philippe Roberts-Jones, Secrétaire perpétuel de l'Académie royale de Belgique, et qui fut mon professeur en Histoire de l'art et archéologie à l'ULB, ainsi que mon directeur de mémoire, mémoire intitulé "L'Oeuvre gravé de Claude Lyr - Genèse et thématique et catologue raisonné". J'aimerais égalalement remercier Madame Claire Pascaud, bilbiothécaire à l'Académie royale de Belgique, qui m'a donné accès à la prestigieuse collection de cartes postales faisant partie de la vaste bibliothèque de Dexia, anciene bibliothèque du Crédit Communal de Belgique, - léguée récemment à l'Académie Royale de Belgique - et qui constitue une source documentaire exceptionnelle consacrée à l'histoire nationale et régionale de la Belgique.

Last but not least, mes remerciements vont à ma petit-fille Géraldine Ninove et à son compagnon Guillaume Desmottes pour leur aimable collaboration dans l'élaboration de la maquette de mon ouvrage ainsi au Madame Viviane Monin, pour son aide efficace à la mise en page de mon texte.

SOMMAIRE
Hors-Texte Moulin d'Argenteuil, à Lasne-Ohain, gravure de Bertrand Ninove    page 4
Dédicaces    page 5
Préface par le Comte Jean-Jacques de Launoit   page 7
Avant-propos par Simone Velle, Licenciée en Histoire de l'Art en Archéologie / Art contemporain et Byzantinologie, ULB    page 9
Historique du Moulin d'Argenteuil à Lasne-Ohain (1767-1962) par Raymond Velle, Régisseur des Biens du Comte Paul de Launoit    page 17
Moulin d'Argenteuil... ou l'Itinéraire d'un Moulin-voyageur par Simone Velle    page 25
Annexe
Actes notariaux    page 37
Correspondance de Monsieur Raymond Velle    page 62
Archives et documents divers    page 78
Articles de presse    page 85
Iconographie    page 90
Bibliographie    page 100
Sources d'information    page 101
Remerciements    page 102

Crédit photographique
Christiane BASTIN & Jacques EVRARD ("Chapelle Musicale Reine Elisabeth", par Michel STOCKHEM, Editions Duculot, 1992), P.F. MERCKX "Brabant Toursime", Bertrand NINOVE, Marc SCHELFHOUT, Simone VELLE

Tous droits réservés Simone Velle.
Imprimerie Marc Schelfhout - Oostende (p. 104)
D. 2013/VELLE Simone/Auteur-Editeur. Prix: € 42,00

Paul de Launoit
Comte
Né le 15 novembre 1891 - Grammont, 9500, Fl. Or., Belgique
Décédé le 31 juillet 1981 - Bruxelles, 1000, Bruxelles-Capitale, Belgique , à l’âge de 89 ans
Président du Conseil d' Administration

Parents
Cyrille de Launoit, Comte, marié avec Camille De Portemont

Mariages

1) le 1er février 1912, Liège, avec Marie-Louise Naveau, née le 8 décembre 1890 - Hollogne-sur-Geer, décédée le 26 mars 1975 Ettebeek à l'âge de 84 ans (Parents: Alexandre Naveau 1863-1930 & Marie Paque (1865-1924), divorcés le 8 mars 1932), dont:
- Paul-Marie de Launoit °1912,
marié le 16 octobre 1934, Liège avec Marie-Louise Lalloux 1913,
- Marie-Paule (Marie-Louise) de Launoit 1913-1995, mariée le 21 février 1933, Bruxelles avec Frédéric (Freddy) de Menten de Horne, Baron 1905-1956.

2) le 19 mars 1934, Liège, avec Madeleine Lamarche, né le 23 mai 1902 à Liège, décédée le 13 juillet 1965 à Bruxelles, dont:
- Jean-Pierre de Launoit, comte, 1935-2014
- Jean-Jacques de Launoit, comte, 1937, marié le 20 janvier 1962? Ixelles avec Régine Cruysmans 1940 dont Madeleine de Launoit, comtesse, 1966-2002
- Gabrielle de Launoit, Comtesse 1939, mariée le  19 mai 1960, Bruxelles avec Baudouin du Chastel de la Howarderie, Comte, 1930,

Chronologie
15 novembre 1891: naissance à Grammont
1 fevrier 1912: Mariage (avec Marie-Louise Naveau), Liège
8 mars 1932: Divorce (avec Marie-Louise-Naveau) Maestricht
19 mars 1934: Mariage avec Madeleine Lamarche
31 juillet 1981: Décès à Bruxelles

----------

ICONOGRAPHIE

Cambridge, University of Kent, Muggeridge Collections.

Place: Moulin d'Argenteuil, Ohain, Walloon Brabant, Belgium
Creator: photographer : Muggeridge, Donald William, Mr., b.1918
Date: 4.1.1945
Description: Black and white negative and print made from it of an open trestle post mill, known as 'Moulin d'Argenteuil', 'Moulin des Baraques' or 'Moulin de Broc et Bo' in Ohain in Belgium, showing a side view, taken on 4th January 1945.
Identifier: UKC-MIL-MUG-BW.F217563

Place: Moulin d'Argenteuil, Ohain, Walloon Brabant, Belgium
Creator: photographer : Muggeridge, Donald William, Mr., b.1918
Date: 4.1.1945
Description: Black and white negative and print made from it of an open trestle post mill, known as 'Moulin d'Argenteuil', 'Moulin des Baraques' or 'Moulin de Broc et Bo' in Ohain in Belgium, showing a ~ rear view, taken on 4th January 1945.
Identifier: UKC-MIL-MUG-BW.F217564

Rug: gesplitst / Dos: divisé - Gebruikt: nee / Circulé: non - Jaar (opname) / Année (photo): ca. 1930 (?) - Jaar van uitgifte / Année (édition): 1950 (?) - Uitgever / Édition:  LAB - Les Éditions d ´Art Bruxelles / Brussel - Forma(a)t: 10x15 cm. - Echte fotokaart op barietpapier (verdwenen drukprocédé) met kartelrand - Photo véritable - Kwaliteit: goed / Bon état

Année / Jaar: 1962 - Reproduction / reproductie (?) - Photographe / Fotograaf: inconnu / onbekend - Collection / collectie: de Kramer - Forma(a)t: 18x24 cm. (glacé / glanzend)

Rug: gesplitst / Dos: divisé - Gebruikt: nee / Circulé: non - Serienummer / numéro: B.26 - Opnamedatum / Photo: 30-7-1976 - Jaar van uitgifte / Année: 1977 - Fotograaf en uitgever: wijlen M.F. Boogert, Borssele - Photographe et éditeur: M.F. Boogert, Borssele - Forma(a)t:...

Foto: John Verpaalen, 1990 (uitgegeven als prentkaart).

- Rug: gesplitst / Dos: divisé - Gebruikt: ja (beschreven) / Circulé: oui (écrit) -> voir scans - Jaar / Année: 1981 - Fotograaf / photographe: G. Kockelberg - Uitgever / Éditeur: Studiekring Ons Molenheem - Forma(a)t: 9x14 cm. - Nummer / Numéro: - - -

 

 

Literatuur

Herman Holemans, Kadastergegevens: 1835-1985. Brabantse wind- en watermolens. Deel 7: arrondissement Nijvel (F-O), Kinrooi, Studiekring Ons Molenheem", 1998, p. 68-69.
M.A. Duwaerts e.a., De molens in Brabant, Brussel, Dienst voor Geschiedkundige en Folkloristische Opzoekingen van de Provincie Brabant, 1961, p. 70.
Lieven Denewet, De onbekende staakmolen met het luifeltje op de zijweeg: die van Galmaarden, in: Levende Molens, jg. 9 (1987), nr. 5, p. 32. [De auteur interpreteert de plaatsnaam Gaillemarde, gedrukt op de keerzijde van een prentkaart uitgegeven door L.A.B., als een gebrekkige vertaling van Galmaarden (Frans: Gammerages): Gaillemarde is echter de naam van een gehucht van Ohain).]
Françoise Bertels, Le moulin d'Argenteuil, Lasne Nature, VIII, 1997, n° 29 (mars), p. 10.
Lucien Gerke,"Waterloo. Ces noms sur des plaques bleues au coin des rues... Rue du Coq (85), Waterloo info, n° 972, 07.12.2006, p. 4.
G. Bavay, Inventaire, p. 368.
Anne-Marie de Villers, Mille ans d'Ohain, 1964, p. 8.
Joëlle Burny, Balade champêtre à la (re)découverte des vieux moulins du Brabant wallon, Le Soir, 15.09.1989.
Simone Velle, "Le moulin d'Argenteuil ... ou l'itinéraire d'un moulin-voyageur", s.l., Simone Velle, 2013, 104 p., ill., 30 cm.
Cercle de généalogie et d'histoire de Lasne, "Ohain en cartes postales anciennes".
Louis Evrard, "Les rues de Lasne", 1987.
"Histoire. Cercle d'Histoire & Généalogie de Lasne. 2. Le moulin d'Argenteuil", La Vie à Lasne, n_ 130, déc. 2013, p. 70.
Benoît Mihail, "Lettres de son moulin" / "Vechten tegen de windmolen", inforevue magazine, 2013, n° 4, p. 7.

Persberichten
P.B., "Dans le Brabant Wallon. Le moulin d'Argenteuil a été restauré", Le Soir, 19 juin 1963.
Joëlle Burny, "Balade champêtre à la (re)découverte des vieux moulins du Brabant wallon", Le Soir, 15.09.1989.

Websites
"Le Moulin d’Argenteuil, rue du Coq à Ohain (Lasne)", facebook.com/pg/Photos-Reportages (04.12.2016)

Mailberichten
Ronald Troost, 15.01.2018.


Laatst bijgewerkt: zaterdag 24 maart 2018
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <?=$naam?>, <?=$plaats?>homevorige paginaNaar Verdwenen Molens